vendredi 23 septembre 2011

C'est vous le dentiste ?

A chaque fois, je pense à la cité de la peur (on a les références cinématographiques qu'on peut) et j'ai envie de crier "NON JE SUIS LE PAPE ET J'ATTENDS MA SOEUR". Ou alors version 5ème élément, (Bruce Willis face à un contrôle d'identité), "non, je suis une mite en pull-over".



Ça revient à chaque fois que je change de poste. Non pas que ça arrive souvent mais c'est le but de la jeunesse d’expérimenter et de prendre son temps pour choisir où s'installer. Et puis qui peut ouvrir un cabinet directement en sortant de la fac ? (un il faut du courage, deux pas mal d'argent).  Bref. Chaque nouveau patient (ou patient qui ne m'a jamais vu) voit le doute l'assaillir quand il me voit. Ils leur faut souvent un moment de réflexion pour se demander si oui ou non je suis le dentiste (une fois sur deux, ils s'adressent à mon assistante). Une fois qu'ils savent arrive leur poussée d'adrénaline, ils lancent à coup sûr leur "mais vous faites tellement jeune".

On oublie souvent qu'avant d'avoir 30 ans d'expérience, on doit commencer et faire nos preuves.

C'est vrai leur vieux dentiste, il a toujours été vieux. (Ou alors ils ont vieilli avec). C'est normal, c'est dur de faire confiance à quelqu'un qui a l'âge de ses enfants. Ils savent qu'à cette âge, on est encore pas fini qu'on se biture le week-ends entier pour se refiler nos MST.

Heureusement, les jeunes s'en foutent sont plus cléments. Sûrement parce qu'ils sont juniors dans leur entreprise, et qu'ils ont bien compris que les échelons ça se gravit.

On rigolait souvent avec les collègues à la fac des patients qui venaient se soigner à l’hôpital et qui ne voulaient pas d'étudiants de 1ère année. En 1ère année, on sait même pas si on va l'avoir ce putain de concours ! D'ailleurs jusqu'à la 4ème année, même pas en rêve on touche un patient. (Ou alors on porte les instruments et on colle des étiquettes en stage).


Notre patient c'est ça, un fantôme. (Enfin le mien était pas aussi neuf)
Avec un tuyau pour évacuer l'eau, on a pas le droit à l'aspiration !
 (Paie ton démaquillage à chaque TP).

Pour mettre les patients sur la voie, je mets un masque. Par logique, si tu es enfermé dans une pièce avec un personne sans masque et une avec masque, tu devines facilement qui est qui, non ? C'est aussi à ce moment-là que tu peux évaluer le QI du patient dans ta tête ou te dire tout simplement "ON EST PAS RENDUS".

Une fois j'étais seule (pas d'assistante dans tous les cabinets, surtout en remplacement ) et le patient cherchait la feinte. J'ai dû me retenir de lui dire "Non, non, y a quelqu'un planqué sous le bureau". "SURPRISE".

Un jour, j'étais en train d'anesthèsier un gamin et sa mère me questionne "c'est vous le dentiste ?". "Non, non, je passais dans le quartier mais je trouvais ça drôle de m'installer derrière le fauteuil et de mettre un masque, en fait je suis femme de ménage".

Une patiente m'a raconté que sa fille avait le même problème à la fin de ses études de médecine et qu'elle avait fait 2 enfants pour se vieillir.

Florilèges de questions connes, réponses connes :

"Vous avez quel âge ?": "Je sais pas et vous ?"
 "Vous avez eu votre diplôme quand ?" : JE L'AI PAS (rire sadique). (j'étais en rempla juste avant de passer ma thèse).
"Ça fait combien de temps que vous faites ce métier ?" " Je sais pas 30 ans peut-être ?" (En vrai je rajoute 3 ans à ma date de thèse parce que ça compte aussi les années cliniques).
"Madame ou Mademoiselle, vous êtes si jeune ?"

Notons juste qu'à la fac, ils s'en tamponnaient royalement de savoir quel âge j'avais (vu que ça se voyait que je n'étais ni mariée, ni multipare, ni vieille) et qu'ils n'avaient pas peur pour autant.

Un jour on finit par comprendre que les patients riches sont rassurés par les soins (et prothèses ) qui coûtent cher et les praticiens vieux, ils pensent que c'est gage d'expérience et de perfection. (Si c'est trop bradé, ils se disent tout de suite que c'est de la prothèse chinoise). Alors que les pauvres, eux veulent juste être soignés, guéris sans douleur et avec tendresse ... Les entre-deux se rendent vite compte que les jeunes se forment et s'informent plus, utilisent du fait des techniques et des matériaux moins obsolètes.

Bon je dis ça mais le jour où je serais en plein travail si je vois débarquer un maïeuticien pré-pubère je lui ressortirai surement la même chose.



2 commentaires:

  1. - Non je suis le pape et j'attends ma soeur...
    - Ah bon ?

    RépondreSupprimer
  2. Et personne t'a dit "je veux être soigné par un homme ?"
    Ça me dérange pas que mes médecins soient jeunes (meme si en l'occurence, ils ont tous dépassés la quarantaine, hasard du botin), mais c'est assez con : je veux être soignée par une femme.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget