lundi 12 septembre 2011

Madame Propre

Je suis une obsédée de l'hygiène.

Je ne me rappelle plus si c'est arrivé avant de commencer mes études ou ensuite par déformation professionnelle.

Je suis du genre à ne jamais me coucher sans me brosser les dents même quand mon état n'est plus décent. 

Je ne peux pas ne pas me laver en rentrant du boulot le soir. Même si je me suis douchée le matin. Entre les odeurs d'eugénol, des produits d'entretien, des bactéries des patients et autres, je me sens souillée. 

Bien sûr je fais partie de cette génération qui travaille en tenue complète, haut tunique et bas de pantalon blanc. Le blanc est la couleur qui s'impose vite, rapport aux tâches. Vu le prix des blouses et la caractère sournois et in-détachable de la plupart des produits manipulés, on préfère toujours pouvoir javelliser, la bonne vieille technique pour "tout rattraper".  Je n'arrive toujours pas à comprendre certains de mes collègues qui sont en jean/chino en bas. Qui donc rentrent chez eux, s'assoient sur leurs sièges, canapés voire lit avec la "saleté" du cabinet.

Même si le fauteuil est nettoyé plus de 15 fois par jour, je ne m'y allongerais pas pour faire ma sieste. Je préfère  m'asseoir sur mon siège et m'affaler sur le plan de travail.

J'ai une capacité assez inquiétante de recours au gel hydro-alcoolique pour me laver les mains. Solution assez révolutionnaire qui permet en hiver de ne pas se gercer les mains avec les 30 lavages quotidiens au savon, et le reste de l'année d’économiser le temps de séchage.

Je l'aime tellement ce gel que j'en ai 2 dans mon sac, un en train et un d'avance (au cas où il y aurait la guerre).

Je l'utilise en sortant du métro, du train, des restos, avant d'aller aux toilettes, après si il n'y a pas de sèche-main. Ou un tout-pourri qui ne sèche qu'à moitié. Mains pas sèches, mains pas propres. Qu'est-ce que j'aime les dyson ! Mais surtout les distributeurs de papier, qui permettent de pousser la porte pour sortir ensuite. Car le plus dégueulasse reste que la plupart des gens ne se lavent pas les mains, et les mettent partout.

Dans le métro, l'hiver ça reste correct vu que j'ai des gants (avec lequel je ne me touche pas le visage), l'été je scrute la foule pour que quelqu'un ouvre la porte à ma place. Idem devant un macdo, ma soeur aussi toquée que moi reste aussi figée devant jusqu'à ce que ça s'ouvre.

Ma folie du manugel a eu ma peau. J'ai été obligée de repasser au savon au cabinet, mes mains pelaient comme si on était en hiver. Mais il est toujours au fond de mon sac. Non même pas au fond en fait, il a une poche spéciale.

Mon hygiènisme touche mon entourage; ainsi l'amoureux n'a pas le droit de me toucher le visage si je n'ai pas de preuve écrite il n'a pas les mains propres.  Il me regarde parfois en se moquant de moi "t'as les mains propres ?". Remarquez je lui fais aussi le coup du "tu t'es brossé les dents/on va se brosser les dents et on y va ?". Maintenant quand on arrive au resto et que je sors le manugel, il tend les mains. 

Notez que j'adore l'odeur du savon noir de mon appart propre.

Mais que les carreaux je les fais toujours pas ...

3 commentaires:

  1. Du moment que tu ne mets pas les mains sur les carreaux.

    Sinon moi aussi je me brosse les dents 8 fois par jour: en me levant, après le petit dej, avant de sortir, après chaque repas et surtout après un café. Parfois dans la journée quand j'ai la bouche sèche. Et une dernière fois avant de me coucher. Dentiste chéri s'extasie toujours devant mon peu de tartre. Si il savait que c'est parce que je suis dingue...

    RépondreSupprimer
  2. C'est le genre de patient que j'adore. Tu es sure de ne pas avoir une mauvaise surprise à chaque dent. Même si mon propre dentiste m'avait dit "c'est pas avec des gens comme toi que je vais gagner ma vie !".

    RépondreSupprimer
  3. C'est clair qu'on doit me prendre pour une tarée dans le métro, à attendre que la porte s'ouvre toute seule (merci les lignes automatiques)

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget