jeudi 1 septembre 2011

Mon référent

A la fac, quand on a une interrogation, un problème, un doute, on trouve toujours quelqu'un vers qui se tourner. Un prof, ils sont là pour ça, les assistants, les internes, nos camarades, on en croise toujours un dans le couloir. (à part à 7h30, là c'est que les femmes de ménage).

Quand on passe en 4 ème année, on entame la formation clinique à l’hôpital comme les étudiants en médecine, on devient externe. Dans les couloirs du service, il y a toujours au moins une personne auprès de qui se plaindre du patient qui n'est pas venu, qu'on a pas de travail, qu'on est désespéré par ce cas de m***** ... Toujours quelqu'un à qui parler.

Et puis un jour. PAF ! T'es thésée. Libérée. Tu l'as voulu en même temps. Partir de cette fac, de ce système où les soins avancent à 2 à l'heure. Où tu est payée des clopinettes (220 euros par mois en 6 ème année pour une présence de 3 jours par semaine). 

Qui dit libération dit installation dans le libéral (le but premier du dentiste est de s'épanouir ailleurs que dans un hôpital). Et tu te retrouves en collaboration dans un bled paumé, avec  pour seul confrère un vieux qui radote (et te raconte qu'il est le descendant d'un duc de Nice au 17 ème siècle). Bien sûr il reste les assistantes, auprès de qui tu peux te plaindre du sus-mentionné collaborateur. Et qui seront d'un soutien sans faille quand tu te sépareras de ton ex.

En somme, tu es seule face à tes patients, à leurs questions auxquelles tu ne trouves aucune réponse, à leur agressivité, leurs pathologies. Autour de toi, évaporés les profs, les internes, les collègues. Tu es SEULE AU MONDE. 

Ça c'était avant facebook. J'ai vite commencé à me connecter et raconter mes problèmes à mes amis virtuels. Au moins pour trouver un soutien ou un réconfort. C'est jamais facile de débarquer d'un monde où tu es sur-couvée, où chacun de tes actes sont surveillés à un univers où tu es libre mais aussi sans parachute, responsable pour chaque geste. C'est un peu comme quand on quitte le foyer familial et qu'on se retrouve face à un problème de plomberie (que le père aurait très bien réglé) et que t'as juste envie de pleurer (et que tu te dis qu'il faut vraiment trouver un mec pour le bricolage). 

Puis sur facebook j'ai retrouvé un ancien camarade avec qui je n'entretenais pas des rapports plus intimes que ça. Mais qui est devenu mon confident. Et mon référent. Que j'appelle tous les soirs pour lui raconter ma vie et ma journée avec mes patients. Avec qui je ré-analyse les cas où j'ai buté, les patients qui m'ont fait rire ou au contraire énervé. Qui me fait avancer, me questionner. Qui me permet de ne pas rester là dans mon exercice omnipratique butée sur mes acquis. Qui me donne des idées même si on est pas d'accord. C'est dur se rester dans le bain après ses études, quand on a atteint le point de "gavage" où on ne peut ingérer d'autres connaissances, où on veut juste pratiquer. C'est plus simple quand quelqu'un vous reparle de cours oubliés. Au même âge, 2 praticiens n'ont jamais une expérience identique . Chaque cas est unique. Si il a eu une tuile avant vous c'est mieux, vous en aurez d'autres pour lui. L'expérience est le nom que l'on donne à nos échecs ! 

Ce sont des petites choses mais pouvoir se décharger de ce qui nous a qui empoisonné le quotidien  change la vie. Permet aussi de passer une fin de soirée plus reposée. De parler d'autre chose à ton homme. Qui n'a pas fait dentaire, ni médecine. Et qui ne peut pas t'aider à dévitaliser ta dent (ton ami non plus mais au moins il comprend). Il n'y a rien de plus énervant qu'une réunion impromptue de dentistes qui étaient venus pour boire un verre et s'amuser et qui finissent par ne parler que de ça (au grand dam des néophytes mais c'est la même chose quand on est la seule intruse au milieu d'un tas d'interne).

Tout d'un coup au milieu de ce doute et de cette honte parfois à avouer que tu te sens bien bête à ne pas savoir quoi faire, quoi répondre, tu n'es plus seule.



1 commentaire:

  1. "Et puis un jour. PAF!" ça a fait des chocapics?
    ah non, ça ruine surtout orange avec nos trèèèèèès nombreuses heures passées au téléphone :)
    Joli article "ma référente"! ;p

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget