lundi 10 octobre 2011

Les phrases de patient qui font hurler ...

"Vous n'êtes pas venu au dernier rendez-vous". "Oui, j'étais en vacances". (Même pas excusez-moi d'ailleurs ...).  Vive la CMU au passage.

"Depuis que je vous ai vu, j'ai mal alors qu'avant j'avais jamais mal". Sa bouche est un cloaque (la ville du Havre après la 2ème guerre mondiale). Chaque dent menaçait telle des bombes à retardement de rentrer en inflammation pulpaire irréversible (gros trou dans chaque dent = pulpe énervée = on se tape la tête contre les murs et bientôt y a plus assez de murs pour se soulager). Maintenant je les préviens (vous êtes une bombe humaine) que ça peut "péter" n'importe quand et que ce n'est pas MA faute.

"C'est la faute d'un ancien dentiste, il a abîmé la dent et depuis elle est fragile".  C'est tellement plus facile de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre. Fatalement si on a une carie un jour, soignée ou non, il faut surveiller. Rien n'est immortel. Surtout quand on a une hygiène douteuse (personne ne m'a dit ça avec un indice de plaque de suédois).

"J'ai rien senti pas comme avec l'ancien dentiste". Ça devrait faire plaisir mais j'ai horreur qu'on daube sur le praticien d'avant, ça sous-entend que quand on sera partie, il fera de même avec nous. Surtout que c'était pas du tout la même situation ; une dent différente donc une anesthésie différente (en bas ça fait plus mal, dans le palais aussi), une carie différente. Le praticien le plus méritant est celui qui se tape un traitement canalaire dans une bouche dégueulasse alors que tout le monde aurait extrait mais ça le patient ne le voit jamais. Idem avec la prise d'un patient en urgence, d'une extraction sur une infection qui forcément sera plus douloureuse. Les patients les plus mécontents sont toujours ceux qui viennent le moins souvent. Pour eux on est chez macdo ("je suis au dentiste" qu'ils disent au téléphone quand ils répondent alors qu'on est en soin).

"On m'a posé un plombage il est tombé". C'était un pansement. Il vous a sûrement dit de revenir mais vous l'avez pas fait parce que vous n'aviez plus mal, mais là soit c'est la couronne soit c'est l'extraction ...

"Vous m'avez tué la bouche". "Vous vous êtes très bien débrouillé tout seul". Face à un patient énervé à qui j'avais extrait une dent pourrie jusqu'à la trogne (j'avais eu le malheur de mettre un coup dans la joue ce qui arrive souvent pendant les extractions difficiles). 

"Vas-y c'est des charcutiers ici". Le dentiste aussi délicat qu'un boucher, on connaissait déjà. Lui a voulu innover. J'ai failli lui dire que je faisais des saucissons mais ça n'aurait fait que l'énerver encore plus. Je lui avais juste fait un début de détartrage et détartrer quelqu'un qui n'a pas vu de dentiste en 10 ans c'est agréable pour personne.

"Ne me faites pas de détartrage après j'ai mes dents qui se déchaussent"/ "Le tartre tient mes dents". C'est fou la cristallisation de légendes urbaines autour du détartrage. Acte d'hygiène par excellence (il existe dans les pays scandinaves des hygiénistes qui ne font que ça), c'est la base même de notre activité. Car avec la carie, le tartre est responsable de la plupart des extractions dentaires. Certes le tartre est dur et lie les dents entre elle tel une contention naturelle, mais c'est surtout un agrégat de bactéries qui n'ont comme activité que de provoquer une lyse de l'os (et donc une rétraction de la gencive). Donc à terme ça bouge encore plus.

"On a qu'à tout enlever comme ça, je serais tranquille". C'est incroyable le nombre de gens qui me demandent d'extraire toutes leurs dents restantes pour ne plus avoir jamais mal. Comme si avoir 2 appareils complets était une sinécure, qu'on pouvait manger et avoir une vie sociale normale après ça. J'ai répondu à un patient "on peut aussi vous enlever les 2 jambes comme ça vous serez sûrs de ne jamais avoir mal". Plutôt que prendre leurs responsabilités, de mener à terme les soins, de se faire suivre et contrôler, ils préfèrent capituler et se dire que de toute façon ça devait arriver ("ma mère n'avais plus de dents à 40 ans"). Une dent en moins, c'est un organe en moins (bon sauf les dents de sagesse, là c'est des organes de remplacement). Un coefficient masticatoire diminué. Un visage creusé, plus ridé ...

"Elle est toujours restée sur mon ventre, ça ne dérangeait pas les autres dentiste". Réponse d'une patiente dont la fille de 4 ans ne voulait pas s'asseoir sur la chaise des accompagnants et qui trouvait normal de la laisser donc sur elle pendant le soin. "Et vous comptez la gardez jusqu'à ses 8ans sur vous comme ça ? Et jamais lui apprendre que c'est les adultes qui décident et qu'on doit se plier aux règles et pas bouder pour obtenir ce qu'on veut ?". Inutile de raconter comment la mère a essayé de négocier une inspection de bouche à coups de "on ira pas au manège". Tu l'as gardes sur toi comme un gros bébé et après tu t'étonnes qu'elle obéisse pas ? Je sais que je passe souvent pour une ingrate avec les enfants mais dans mon enfance je ne me serais jamais permise de ne pas me tenir à carreau (puis vint l'adolescence ...). Ça m'éclate (oui carrément) ces réflexions à type de "ce n'est qu'une enfant". Justement quand est-ce qu'on leur apprend la notion de limite, de respect ? 

"Je dois payer ? " . LOL comme disent les jeunes.

"Mais vous êtes jeune".

7 commentaires:

  1. Et "Laisse toi inspecter la bouche tu auras un bonbon si tu as été sage", on ne te l'a jamais faite?

    RépondreSupprimer
  2. Non moi c'était une gifle ou rien. J'étais pas du genre à faire des caprices du coup. Et mes parents ne m'ont jamais acheté de bonbons.

    J'ai rien contre les négociations à coups de manège mais venant d'une mère avec qui je ne pouvais pas négocier que sa fille ne s'installe pas sur elle, ça me fait rire.

    RépondreSupprimer
  3. Ce blog me conforte sur ma phobie des dentistes...comme si un pedicure tenait un blog pour narrer et se moquer des odeurs de pieds qu'il devait traiter....que de condescendance....

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Je suppose que vous ne vous moquez jamais de vos clients/collègues/partenaires de boulot.

    Le but n'est pas d'être méchant mais de raconter mon point de vue de soignant. Heureusement que je ne vois pas des cloaques tous les jours, que la plupart des enfants sont bien éduqués. Tout est forcément un peu poussé à l'extrème (même si toutes ces phrases ont été dites).

    Après si vous voulez avoir pour excuse ce blog pour ne pas consulter libre à vous de vous cacher derrière votre anonymat. Et continuez à regarder zone interdite ..

    RépondreSupprimer
  6. Tout à fait d'accord ! madame Anonyme, vous n'avez pas idée des comportements irrespectueux de certains patients (qui répondent au téléphone pendant un soin, une mère qui a décidé d'allaiter son bébé pendant les soins .... Véridique !). Ces comportements sont de plus en plus fréquents dans les cabinets. Je suis là pour soigner et non pour éduquer les gens. J'aime ce métier et j'aime la plupart des patients. Cependant, je ne savais pas que je devrais appeler les gendarmes (plusieurs fois déjà) après avoir été agressée verbalement violemment. J'attends les gifles maintenant ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'allaitement on me l'a jamais fait. Par contre le téléphone qui sonne, l'ado qui essaie d'écrire un texto alors qu'il est allongé, ça fait tellement partie du quotidien que j'ai arrêté de lutter. C'est un peu comme le bruit de la turbine, on fini par ne plus l'étendre.

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget