mercredi 2 novembre 2011

Faut-il se faire blanchir les dents dans les bars à sourire ?





L'esthétique suscite beaucoup d'envies. Depuis que toutes les étoiles d'Hollywood arborent un sourire plus blanc que blanc, le commun des mortels désire le même.

Surfant sur cette vague issue des Etats-Unis où le culte de la beauté prime, de nombreux bars à sourire ont ouvert en France.

Vous vous dites que venant d'une dentiste, qui pratique le même acte (blanchiment) pour un tarif bien plus élevé, je n'allais pas en faire les éloges. Vous pensez bien.

Vous vous alarmez des prothèses venues de Chine ou d'ailleurs, fabriquées selon des normes plus ou moins obscures, à moindre coût mais à quel prix pour votre santé. On entre dans la même gamme avec les bars à sourire.

Leurs instituts sont tous beaux, tous propres, fraîchement installés. Sauf que leurs employés n'ont pour la plupart aucune base de formation en dentisterie. Comment je pourrais le savoir ? Notre ordre national des chirurgiens dentiste a diligenté une enquête par l'intermédiaire de l'Afssaps. Agence chargée de la sécurité qui a donc émis son avis.

Pour rappel, seuls les professionnels de santé ont le droit d'utiliser et délivrer des médicaments ou dispositifs médicaux.Les employés des instituts esthétiques ne peuvent utiliser que des produits cosmétiques. 
Par exemple dans le cadre de l'épilation au laser, seuls les dermatologues peuvent l'employer. Tout ce qui vient de la dénomination laser dans un institut de beauté est en fait de la lumière pulsée. 

Les bars à sourire se targuent d'utiliser des produits sans peroxyde. Au contraire de nous. Vu qu'ils n'ont pas l'autorisation d'employer des produits à concentration ou à libération de plus d'1 % de peroxyde d'hydrogène. Sauf que leurs kits sont à base de perborate de sodium qui libère du peroxyde. Perborate de sodium qui est d'ailleurs classé par la Commission européenne comme toxique à la reproduction donc à ne pas mettre au contact de n'importe quelle muqueuse, n'importe comment. Aussi de par l'efficacité des blanchiments constatés par les clients (là ce ne sont pas des patients), l'ont sait qu'il y a plus de 1 % de perxoyde d'hydrogène libéré.  Ce qui les rend illégaux au regard de la loi par exercice illégal de l'art dentaire.

Pourquoi leur actes sont-ils facturés 4 fois moins cher que chez le dentiste ?

- le dentiste a vocation de conseil et de diagnostic. Avant d'exécuter un blanchiment, on s'assure de l'absence de contre-indications ou de facteurs d'échec assuré. Par exemple, un patient sans hygiène ou fumeur dont la durée d'efficacité sera moindre. La présence de caries ou non. Allez mettre de l'acide sur une lésion déjà carieuse, ne venez pas vous plaindre quand la déminéralisation demandera une reconstitution par couronne céramique.  Si le patient a de multiples restaurations par composite ou amalgame, elles peuvent être altérées. Le composite gardera la même teinte, et les reconstitutions seront à refaire. Si le patient a déjà des sensibilités au chaud et au froid, elles seront exacerbées...

- le dentiste propose plusieurs séances si c'est un traitement ambulatoire (à faire chez soi) donc une possibilité de lui poser des questions, d'avoir des réponses, avoir un service après vente en somme.

- les gouttières proposées sont individuelles. Façonnées directement sur les empreintes prises en bouche.  Par un laboratoire de prothèse que l'on doit rémunérer par ailleurs. Dans les bars à sourire, point d'empreinte, vous avez une gouttière du commerce "presque adaptée". J'insiste sur le presque, ces gouttières doivent être étanches pour ne pas permettre la fuite donc l'ingestion de produits nocifs, qui peuvent également provoquer une altération de la gencive (c'est de l'acide je rappelle). 

- je ne reviendrai jamais assez sur les risques d'hypersensibilités. La surface de l'émail est déminéralisée par l'acide. Une visite de contrôle s'impose pour décider ou non de l'application de fluor pour protéger la dent des attaques de l'extérieur (sensibilité accrue à la carie) et perméabiliser la dent (éviter la transmission du froid). 

Le faible coût peut entraîner des dérives, telles que la fréquence importante de blanchiments faits dans la même année, avec un risque important pour les dents et la gencive.

Pour terminer, vous pensez sûrement que nous sommes là que pour faire de l'argent sur vos dents, mais eux (les bars à sourire) encore plus. Vous imaginiez qu'ils font ça par altruisme et qu'ils ne touchent aucun bénéfice sur les marges ? En ce qui nous concerne, les actes hors nomenclature (non remboursé par l'assurance maladie) nous permettent de faire des soins de qualité tout en restant rentable (allez payer l'assistante, les charges ... avec des détartrages ...).

Dites vous bien que ces instituts ne profitent que d'une mode.



1 commentaire:

  1. Ceci est une excellente source d'inspiration article.I suis assez satisfait de votre bonne work.You vraiment mettre des informations très utiles ... blanchiment des dents

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget