jeudi 31 mai 2012

Tiens voilà la banlieue

J'avais décidé de ne pas me plaindre car je viens de revenir de vacances . Et on ne peut pas se plaindre de ne pas gagner sa vie et partir très loin. Même si les billets d'avions ont été payés l'an dernier et que la vie sur place était bon marché.

Et puis j'étais dans le déni. Au départ j'ai cru que ça allait aller. Mon côté optimiste. J'en avais marre de mes collègues qui me disaient au téléphone "c'est pas normal".

Alors que ça ne faisait même pas un mois que j'avais commencé mon poste, j'ai entamé une recherche pour un 2ème poste. N'étant pas du genre à abandonner au moindre obstacle, je n'ai pas voulu démissionner du premier poste. Un il me fallait une sécurité. Deux j'étais encore persuadée que ça allait venir. Ça m'aurait grandement aidé par contre de le faire vu que mes jours de présence là-bas sont les jours les plus demandés à Paris.

Le problème reste que j'avais visité des tas de cabinets avant de signer. Que celui-là était celui qui m'avait répondu positivement et qui correspondait le plus à mes attentes (équipement, équipe, localisation). Le détail (qui n'en n'est pas un) est que le cabinet est situé dans l'arrondissement de Paris qui comporte le plus de dentistes. Rien que dans la rue où je "travaille" il existe plus d'une quinzaine de plaques dorées. Autant dire que la petite jeune souffre de la concurrence.

J'aime à dire que je gagne moins que ma femme de ménage et que mon assistante.

Parce qu'en libéral si tu viens pour 2 patients, tu es quand même rémunérée à l'acte. Et j'ai refusé de faire des dépassements car ce n'était pas la solution.

Je n'ai rien dit parce que j'étais fière mais entendre parler de tous les patients de mes amis me faisaient mal au coeur, idem que de voir mon livret A se vider pour payer ma moitié de loyer (chose à laquelle je tenais vu que je partais en vacances). 

J'aimerais dire que je suis fatiguée et submergée de travail mais c'est faux, je travaille moins d'une journée par semaine mis bout à bout.

Je n'ai pas dévitalisé une dent depuis février et ce n'est vraiment pas normal. Même si l'assistante me dit qu'il n'y a jamais d'urgences au cabinet à part des couronnes descellées. 

Ce qui me retient de démissionner pour de bon, c'est toutes ces démarches administratives à refaire, la banlieue ce n'est pas Paris pour la CPAM, l'URSSAF et le conseil de l'ordre. Ça et le fait que le conseil de l'ordre du 93 est à Livry Gargan et que je repousse le moment d'y faire un tour.

Avant de partir en vacances, j'ai remis une annonce pour mes 3 jours pourris que personne ne veut car ils n'arrangent personne.

Un premier cabinet m'a répondu, j'ai failli accepter alors que ça puait à quinze mètres l'arnaque (le genre de cabinet où tu soignes le patient que si il accepte le devis de prothèse).

Puis au plein milieu du paradis (merci à la soeur pour son iphone et à l'hôtel pour le wifi), j'ai eu une réponse de la banlieue où je ne voulais pas aller. Là-bas dans le 93 qui manque pourtant cruellement de dentistes.

La banlieue mais pas trop, genre le terminus du métro. Le cabinet est en bas d'une tour. Au début je me suis dite "oh putain", puis je me suis rappelée de ce quartier où j'habite, de ces tours en bas desquelles se trouve le monop' et le marché, que c'est imposant mais pas si dangereux. Si on regarde bien on y trouve des maisons mignonnes (à 2 millions). Ça plus le fait que j'ai plus de 4700 euros à lâcher et que mon livret A devait me servir à autre chose. 

Le cabinet est bien équipé, le dentiste super sympa. Alors j'ai signé dans la foulée. Après j'ai vu un mec rouler sur le trottoir en scooter et ça m'a fait rigoler. 

Je sais que pendant un moment je vais éviter les jupes trop courtes pour aller bosser (de toute façon avec les marches dans le métro c'est pas top). Mais j'ai eu enfin espoir de quitter mon statut de dentiste précaire. J'imagine aussi que l'été va être difficile, de jongler entre les 2 cabinets et travailler tous les jours mais la fin justifie les moyens.

Je ne regrette pas mon déménagement au point de vue personnel. Je regrette juste qu'on n'établisse pas des quotas au conseil de l'ordre et que l'on autorise des ouvertures de postes dans des zones sans demande.

Bien sûr j'ai annoncé la nouvelle à mon premier collaborateur (celui des quartiers chics) qui m'a dit que j'avais eu raison. Je ne lui ai pas dit qu'avant la fin de l'année (quand j'aurais le courage de dire à l'URSSAF de Paris que je veux faire un transfert de dossier alors que mon dossier n'est toujours pas créé), je l'aurais sûrement largué. Parce que là-bas dans le 93 l'emploi du temps est bien garni et le choix s'imposera de lui-même.

Maintenant que je commençais à voir le bout de la paperasse administrative je recommence ... 

7 commentaires:

  1. C'est une bonne nouvelle ça. Et puis le 93, c'est pas si pourri (dixit la fille qui a grandi pas loin, dans le 94).

    RépondreSupprimer
  2. Tous les débuts sont difficiles... Quand je regarde les charges tomber et mon emploi du temps s'alléger parce que je ne fais pas de clientélisme, que mon associé récupère mes patients, que c'est le printemps donc moins de rhinos, sérieux je flippe.
    T'as tout mon soutien, bon courage

    RépondreSupprimer
  3. Courage... tous les débuts sont difficiles, hélas...
    Je suis en RP depuis quelques années et j'ai galéré pour trouver un dentiste il y a deux ans... dommage, c'est trop tard... :( j'en ai trouvé une en or et je suis sur le point de déménager.
    Bonne chance dans tous les cas, ne te décourage pas!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu en retrouveras un très vite qui te conviendra ! C'est difficile de renouveler tous ses médecins quand on déménage (j'en sais quelque chose je suis en plein dedans).

      Supprimer
  4. Ben les dentistes par chez moi ils sont harchi bookés !
    Petite ville de 15 000 personnes à 45 km de Paris , 4 dentistes et pourtant des RV à 4 mois ! Y'a des gens qui passent leur vie chez le dentiste ou quoi ???
    Sur les 4 y'en a 2 qui refusent de nouveaux patients ... En te lisant je comprends le miens a donc du m'accepter y'a 2 ans car c’était un petit jeune qui venait d'ouvrir quelques mois auparavant ... Maintenant il n'a jamais de place quand j'ai l'impression que je vais perdre ma gencive et mes toutes mes dents et que je suis prête à me taper la tête dans le mur carrelé de la salle de bain !!!
    Alors je crois que tout ça est de bonne augure pour toi : un jour tu auras le carnet de RV blindé et peut-être (surement !) le compte en banque qui va avec ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est facile de blinder un emploi du temps, il suffit que tu donnes à chaque patient le même créneau horaire sur 3 semaines, si tu fais ça 5 fois par jours ça se remplit vite. Ou alors vous êtes dans un désert médical (ou les confrères sont plus trop bons).

      Le Cabinet A n'a pas de liste d'attente, j'aimerais bien accueillir toutes les rages de dents, mais ça n'existe pas dans le quartier. Par contre dans le B, ils ont plus de mal à répondre à la demande. Pas le même milieu, moins de candidats pour bosser dans le coin, ville moins riche donc moins de prévention à l'école ou dans les familles. Un vrai challenge m'attend mais j'ai hâte !

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget