vendredi 13 juillet 2012

Ich habe gekündigt ...

Quand j'étais au lycée (une autre décennie, voire même un autre siècle), je faisais allemand première langue (ce qui explique que les seules phrases connues en espagnol sont beber, comer, playa ou encore apprises chez Almodovar). Et un texte m'avait marquée (j'avais du faire une explication improvisée à l'oral); une fille qui racontait qu'elle avait démissionné. Et en gros elle le faisait souvent. Du coup j'ai pensé à moi; à mes 5 collaborations et 4 conseils de l'ordre différents en 3 ans d'exercice.

Si on pouvait relier cette instabilité à mon parcours sentimental normalement je devrais me fixer pour de bon maintenant (vu qu'après avoir emballé pas mal de crapauds, y a un qui s'est transformé en prince). J'avais ce texte lu il y a plus de 10 ans quand j'ai donné ma démission au cabinet parisien le mois dernier. Démission prête dans ma tête depuis un moment vu la balance plus que négative en faveur des contre. Je me suis remémorée les entretiens passés au printemps, et leur besoin de savoir pourquoi j'avais changé si souvent.

Ce n'était pas par pur plaisir (vive l'angoisse de remettre tout à jour au niveau administratif), j'ai été bien et eu des activités intéressantes à des endroits où je ne me voyais pas vieillir (1er et 3ème job), puis eu ces périodes de chômage technique où j'ai pu finir mon tricot au cabinet tellement je m'ennuyais (4 ème et 5ème job). Un coup sur deux en somme. Donc là si je déménage pour x raisons, je sais que je vais galèrer. Autant dire que tant qu'il n'y aura pas un problème grave (pour ne pas me porter la guigne comme dirait l'assistante je le nommerais pas), je reste.

Surtout que la dame de l'URSSAF qui est partie en vacances va me tuer quand elle va apprendre que j'ai réussi à faire un changement alors que le dossier n'était toujours pas enregistré à Paris. J'ai ainsi décidé de payer mon URSSAF de 2010, 2011 et 2012 à Paris; sinon vive le rattrapage en 2013 (peut-être que c'est la solution pour ne jamais payer d'URSSAF, profiter de la lenteur de leur mise à jour et se radier dès qu'on sent que c'est bon ?). Bien sûr je suis plus d'honnête, j'ai supplié les genoux à terre, la dame de mon ancienne province un jour de septembre en 2010 pour qu'elle me créé mon dossier. Inutile de dire que ça n'a pas marché. 

Promis quand je recevrais les 15 lettres de cotisations de retard je prendrais une photo ...

Ce qui va me manquer dans le cabinet A ce sont surtout le quartier et les commerces environnants, l'impression d'être dans un mini-village, avoir le choix d'où déjeuner (et de quoi surtout), choix des coiffeurs, pharmacies, à quelques pas de magasins sympas. Tout le contraire du cabinet B qui est situé dans un quartier où à part une superette et une boulangerie il n'y a rien d'autre. 

2 commentaires:

  1. Salut!
    Je vais finalement migrer en région parisienne, je ne sais pas encore si je vais chercher du boulot à Paris même si c'est toujours séduisant l'idée d'y bosser! Je me demandais si c'était possible de bosser dans deux départements différents et j'ai vu que tu étais pendant un moment entre le 75 et le 93. À quel(s) conseil de l'ordre t'es tu inscrite? Et pour l'urssaf? J'appréhende pas tant le changement de cadre de travail mais plutôt les errances administratives! En tout cas, je vois que t as plutôt l'air contente d'être dans le 93 et je me demandais même si j'allais pas chercher dans ce coin-là. J'ai peur de ne rien faire de mes journées!

    RépondreSupprimer
  2. Salut !
    En fait j'étais inscrite à la base au conseil de l'ordre du 75 car j'avais vu pas mal d'annonces à Paris même et voulant commencer vite je devais entamer les démarches administratives (mais de toute façon tu seras toujours trop en avance sur eux ;-) ). Pareil pour l'URSSAF je me suis inscrite dans le département d'exercice. Une fois que tu prends un exercice secondaire, tu es inscris dans le département après validation par ton conseil principal. Si tu arrêtes l'exercice principal à Paris par exemple, il faut tout transférer au conseil de l'exercice secondaire (qui devient principal à part si tu trouves un autre poste ailleurs).

    Au début je savais pas où m'inscrire, vu qu'il y a plein d'annonces dans le 92, 94, 93 par exemple, donc j'ai attendu de voir où j'avais le plus de chance d'aller.

    Ce qu'il faut bien regarder quand tu cherches, c'est si le poste de collaborateur était occupé ou non, si il est souvent vacant ou changeant c'est louche, si c'est une création prévoir des temps morts (à part si c'est dans le 93 où il y a un réel besoin), attention aussi aux super beaux cabinets parisiens (beaux en terme d'immobilier) où rien n'est aux normes handicapés (si tu penses t'associer ou acheter). Il faut vérifier l'activité du cabinet, savoir comment seront repartis les patients, si y a du matériel adéquat ...

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget