mercredi 9 janvier 2013

Pourquoi "non, je ne peux pas vous intercaler 5 minutes entre 2 patients" ?

Chaque jour nous avons des appels de détresse de patients ayant mal. Ces patients se divisent en 2 catégories. Nos patients (ceux qui ont un dossier déjà créé ou les proches d'un patient que l'on soigne ) et les autres.

Nos patients sont prioritaires. Ce sont les seuls pour lesquels on peut modifier tout son planning, se permettre de prendre du retard, finir après 19h30 ... Bien sûr si vous ratez souvent vos rendez-vous, vous finissez dans la case "autres".

Les autres ce sont les malchanceux (ceux dont le praticien est en vacances/week-end/overbooké) , les nouveaux-venus (ceux qui ont déménagé il y a 2 mois, 6 mois, 1 an et qui n'ont jamais cherché de nouveau praticien) et les sans praticiens fixes (ceux qui ne viennent qu'en urgence, qui se font suivre en discontinu dans plusieurs cabinets).

Quand une urgence se présente, j'ai 2 choix, soit j'ai de la place et je propose, soit je n'en ai pas et je propose plus loin. Si le patient est du cabinet, il aura plus de chance d'être pris dans l'après-midi (souvent en sacrifice d'un autre patient). Si c'est un patient extérieur au cabinet, il ne lui sera proposé qu'un rendez-vous annulé (donc pas de choix de l'heure) soit la plage d'urgence (qui est vite pleine). On conseille de rappeler dans la journée, les annulations de dernière minute étant fréquentes.

Souvent on "voit" la motivation du patient à sa réponse. Si il dit non à un rendez-vous le jour-même à 16h (alors qu'il nous appelle à 12h), on sait qu'il ne doit pas être si pressé. Généralement les patients sont contents mais les rares qui râlent ne méritent pas une perte d'énergie de notre part. Je veux dire , on a tous un horaire que l'on préfère mais si on a mal le reste compte peu (le cours de foot du petit, les courses ...).

Si je propose un rendez-vous 2 jours après la majorité des patients s'en contente mais parfois j'ai des réflexions du type "vous ne pouvez pas me caler entre 2 patients ?".

Pourquoi je ne peux pas donner un rendez-vous de 5 minutes à un patient que je n'ai jamais vu ?

- Par égoïsme ; je n'ai pas envie d'être en retard et de me pourrir la journée pour un patient dont je ne sais pas si il reviendra.

- Par respect des autres patients qui ont pris rendez-vous, qui doivent recevoir des soins qui ne peuvent être écourtés ou bâclés (type traitement canalaire ou extraction) .

- Par souci de perfection, je ne peux pas faire une ordonnance à un patient jamais vu si je ne connais ni son historique médical, ses antécédents, ses traitements éventuels (et les éventuelles contre-indications), si je ne l'ai pas examiné convenablement (infection ou non, inflammation de la pulpe, simple carie ?). Si je veux réellement soulager la douleur (inflammation de la pulpe, mobilité terminale de la dent), je ne pourrais pas le faire dans la séance ... idem si la dent cassée est une dent antérieure je ne pourrais pas réaliser un composite convenable. 

- Par lassitude aussi de cette horde de patients qui font du tourisme dentaire et voit un praticien par trimestre pour remplacer leur pansement "tombé" sans se prendre en main.

- Par précaution. Une fois le patient en face, il est parfois difficile de lui faire qu'une ordonnance, souvent avec la douleur l'énervement "monte" et le patient ne comprend pas pourquoi on ne  fait le soin (même si on lui a dit au téléphone). De plus le stress aidant plus le temps imparti est court plus on est susceptible de faire une erreur ou de se mettre encore plus en retard.

Malheureusement je ne peux éditer un guide de bonne pratique à l'usage des patients, ni leur faire lire mes posts.

Mais heureusement l'assistante fait bien le tri et la politique du cabinet est claire, ça nous évite tous ces désagréments.


4 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord !!! Priorité aux gens sérieux, la vengeance est un plat qui mange froid parfois ... pour les oublieux chroniques qui nous posent des lapins de 1 heure parfois

    RépondreSupprimer
  2. Voilà, les motivés d'abord, le reste ensuite.

    RépondreSupprimer
  3. "Je veux dire , on a tous un horaire que l'on préfère mais si on a mal le reste compte peu (le cours de foot du petit, les courses ...)."

    Je comprends tout à fait le reste de votre argumentation, mais pour cet argument-là, il faut tout de même tenir compte du fait que les patients peuvent avoir des obligations qui font qu'ils ne sont disponibles qu'à certaines heures (travail, manque de solution de garde d'enfants, etc.)... La douleur ne permet pas forcément de s'absenter de son travail, et je ne pense pas que vous apprécieriez de voir arriver des patients accompagnés de leurs enfants faute d'avoir pu les faire garder :-)

    RépondreSupprimer
  4. Il ne faut pas oublier qu'on a les mêmes obligations et que nos journées ne font que 24h.
    D'ailleurs ce n'est pas aider de dépanner en 5 minutes quand on sait d'avance qu'on aura le temps de ne rien faire (le patient repart frustré voire énervé le meilleur moyen pour les commencer les soins).
    De plus il y a urgence et urgence. Une urgence vitale ne peut attendre (et croyez moi ces patients vous sont très reconnaissants de pouvoir avoir un rendez vous en plein milieu de l'après-midi).
    Quant aux enfants, j'en vois chaque jour qui accompagnent leurs parents car non scolarisés (ou vacances scolaires) et ça ne me dérange pas.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget