jeudi 28 février 2013

J'ai un numéro SIRET !!!

Ça a été le plus beau jour de ma vie il y a  peu plus de 2 semaines quand un conseiller URSSAF m'a enfin appelé pour la régularisation de mon dossier.


En soi c'était déjà une petite révolution, signe que l'année 2013 sera un excellent cru (elle le sera croyez-moi).

Suite à mes déplacements réguliers auprès du centre d'accueil, j'avais fini par comprendre que mon dossier avait été  créé et radié dans le département de province, laissant tout la liberté à la nouvelle URSSAF de m'affilier enfin.

Et on peut dire que ça a été vite, comme quoi mon impression que l'URSSAF de province bloquait tout n'en n'était pas qu'une. 

Avant je ne m’inquiétais pas de ma situation. J'avais une assurance maladie alors que j'y cotisais pas (je remercie tous les travailleurs pour les 5 euros reçus pour mes lunettes). Et surtout je n'avais pas cette ponction qui fait mal sur mon compte bancaire.

Sauf que mon association de gestion m'a mise en garde, pas de numéro SIRET pas de télé-transmission de la 2035 (déclaration du bénéfice pour les non salariés) donc gros problèmes en perspective en Mai pour la déclaration des revenus. 

Ils m'ont dit de forcer la main pour obtenir le SIRET (quitte à rester vissée sur la chaise en attendant que le vigile m'éjecte), ou au moins d'obtenir une attestation de délivrance impossible.

Vous imaginez bien que le conseiller a répondu NON à ma demande d'avoir ce document avec en-tête URSSAF. Et que je ne me suis pas battue pour rester sur la chaise; Non je l'ai cru quand il m'a dit qu'il allait me rappeler. Je m'en suis voulu sur le moment, mais je m’étais dite qu'au pire je reviendrais (j'aime bien leur salle d'attente).

Puis on m'a rappelé. Suite à soi j'ai clamé ma victoire; Enfin j'ai un numéro donc enfin j'existe ! (Nous ne sommes que des numéros).

Forcément j'ai eu beaucoup de courriers ces derniers jours pour leur fournir mes déclaration de revenus de 2009 à 2011. 

Forcément pendant que je jubilais (et que ma mère était contente aussi), plusieurs personnes se sont mises à me pourrir mon karma à coup de "fais gaffe ils vont te demander 30 000 euros avec les intérêts  et faudra que tu paies cash et que tu hypothèque ta fiat panda". 

Je sais pertinemment qu'ils vont me demander un livret A plein, oui j'ai mis de côté, je ne suis pas complètement inconsciente. 

Quant à savoir si l'échéancier pour le règlement sera sur plusieurs mois, je ne sais dire, idem si je pourrais le négocier ou non. 

Quant aux éventuels intérêts de retard, bien sûr que je me battrai pour qu'ils sautent, même si techniquement à part un courrier qui me demande des cotisations pour le 1er trimestre 2010 (LOL), je n'ai aucune preuve que je ne suis pas en faute.

Bref on verra mais dans tous les cas maintenant que je connais bien les locaux (et l'emplacement des toilettes), je m'en fiche un peu d'y retourner. Surtout que point non négligeable pour une fille comme moi, c'est sur la même ligne de métro que les galeries Lafayette et quoi de mieux pour stopper la morosité ?

6 commentaires:

  1. La logique de l'administration française me laisse songeuse.... Mais bienvenue au club !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur logique c'est la traçabilité, tout doit être inscrit quelque part et on ne peut sauter d'étapes !

      Plus tard on en rira !

      Supprimer
  2. Hello, pour obtenir la remise des majorations de retard, le mieux est de ne jamais les payer. Les payer genre "je suis de bonne foi" pour ensuite demander leur remise est un piège. Une fois payées les majo, ils ne vous en feront jamais la remise. Faut payer ce qu'on doit (les cotisations de base...sauf les int de retard) puis demander la remise des majorations de retard. Seront trop contents de classer un dossier débiteur. Enfin c'est comme ça que cela marchait quand j'étais agent recouvreur ya 10 ans avant de changer de métier et tomber sous le charme d'un dentiste... Calim.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil (si vous en avez d'autres je suis preneuse !).

      Oui effectivement tout ce négocie en amont.

      Et c'est logique de penser que si on paie les majorations de retard on reconnaît que c'est notre faute.

      J'ai d'ailleurs opté pour la solution de tout régler en chèque et jamais en prélèvement automatique.

      Supprimer
    2. La remise des majorations de retard n'est pas automatique, il faut la demander. A l'époque une commission de recours amiable se réunissait spécialement pour décider des remises sur les dossiers présentés. Pour obtenir leur remise, il fallait ne plus devoir de cotisation, et motiver la demande de remise. Juste solliciter leur bienveillance ne suffit pas. (expliquer dans votre demande de remise: suite pb siret et transmission dossier entre caisse non affiation, non réception appels de cotisation..., vos démarches répétées et votre coopération pour régulariser votre dossier...).
      Pour des délais de paiements, la consigne était de n'accepter les délais de paiements qu'à la condition d'opter pour le prélèvement automatique. Ils aiment bien les PA car pas de chèque à pointer..., le compte qui passe immédiatement en irrégularité si une seule échéance n'est pas honorée et le dossier qui reprend tout seul le chemin contentieux. Plus c'est automatisé, mieux c'est pour eux (moins de boulot). Après il y a les consignes, la volonté des hommes et les limites informatiques. Par ex en informatique on ne pouvait positionner que des échéances de même montant. Mais cela correspondait le plus souvent aux demandes, on nous disait je peux rembourser telle somme par mois, on regardait les revenus, les délais pour apurer la dette. Au service recouvrement, on acceptait qu'avec un prélèvement automatique, au service contentieux les délais avec paiement par chèques étaient acceptés quitte à garder le dossier sous le coude pour le suivre (fallait pas non plus un grand nombre d'échéance, et au 1er retard, délais de paiements caducs et contentieux).
      En passant de l'autre côté, j'ai également opté pour le système de paiement au trimestre par chèque pour mieux maîtriser les ponctions sur mon compte bancaire (jamais de la vie je ne les autoriserai à se servir sur mon compte).
      Je n'ai jamais eu de dossier avec une affiliation rétroactive. Je ne sais pas comment leur logiciel informatique va gérer (va calculer immédiatement les majo depuis 2010 où considérer que la date d'échéance est la date d'édition?).
      Parfois dans ma vie de chef d'entreprise, je me méfie de mon caractère un peu belliqueux (pas travaillé dans un service contentieux pour rien) et je tente "l'amiable", se déplacer, écrire... comme vous l'avez fait. Et puis au final après perte de temps, je me dis qu'un courrier envoyé en recommandé est souvent plus efficace quitte à le tempérer par un ton très courtois. Et puis cela vous constitue une preuve au cas où... Il y a aussi les médiateurs des administrations qui peuvent aider à débloquer un dossier.
      Pour finir (désolée pour la longueur) je ne pense pas que vous ayez des inquiétudes à avoir, tout finira pas se régulariser. Vous avez déjà fait le plus dur et c'est en cours (et le plus intelligent: provisionner des sous sur livret). Bien cordialement Calim,

      Supprimer
    3. Au contraire je suis très heureuse de votre réponse.

      Je viens juste de rentrer de vacances et de recevoir mes appels URSSAF, apparemment il n'y a pas de majorations de retard. Juste 4 trimestres à payer pour dans 15 jours ...

      Heureusement que je n'avais pas beaucoup travaillée en 2010-2011 sinon ça aurait fait mal.

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget