mercredi 6 février 2013

La CPAM m'a tuer

Avant je pensais que les courriers de mise en demeure était destinés à des personnes malhonnêtes ou des mauvais payeurs.

Mais ça c'était avant.

A la réception de la première lettre recommandée avec inscrit "mise en demeure", l'effet de panique est immédiat. Je veux dire je suis à jour dans tous mes factures perso comme pro, je paie mes prothésistes à réception de leur facture, je suis en prélèvement automatique pour les impôts/caisse de retraite, je harcèle l'URSSAF pour être régularisée. Qu'est-ce qui aurait bien pu m'échapper ?

En fait rien. Parfois la CPAM dans sa mansuétude se trompe. Et paie 2 fois une prestation.

Et s'en rend compte 1 an après les faits.

Pour ce que soit bien drôle, elle t'envoie le courrier avec AR dans le cabinet où tu n'as pas mis les pieds depuis 1 an, lettre qui pourrira au centre de poste 15j avant d'être renvoyée à l'expéditeur. 

Pourquoi ne l'on-t'il pas envoyé au nouveau cabinet ? Je l'ignore. Surtout qu'en tant que professionnel de santé mes informations sont toujours à jour, sinon je n'aurais ni feuilles de soin ni possibilité de faire mes télé -transmissions avec les cartes vitales, et donc je ne travaillerais pas.

Un beau matin ils ont du connecter leurs 2 neurones car ils m'ont retrouvé ... à mon adresse personnelle (elles ont du être poussées leurs recherches car avant de venir à Paris j'ai gardé 9 ans la même adresse).

Bonheur d'offrir, joie de recevoir.

Je fis donc connaissance avec un dossier qui datait de 2010, on l'on me stipulait que je n'avais pas remboursé le trop perçu, que la période de contestation était clôturée. Impossible de vérifier si il s'agissait bien d'un double paiement ou d'une simple erreur (par exemple 2 dents différentes qu'ils ont pris pour une), le prix de l'indu était moins élevé que celui de l'aller-retour vers la contrée éloignée (doublée de la non envie d'y remettre un pied).

Bref j'ai fait un chèque. Et un courrier pour leur clamer mon amour. Courrier rédigé un samedi matin au petit déj qui m'a donné la niaque pour ma matinée de boulot.

Je n'ai eu aucune réponse (je suis trop un bisounours). 

Par contre samedi dernier j'ai trouvé un AR  au cabinet à aller chercher au bureau de poste.

Comme une demeurée, j'ai passé mon week-end à stresser, à penser que c'était une plainte d'une patiente que j'ai envie d'agrafer au mur (un jour je vous parlerai d'elle), ou bien l'URSSAF qui me demandait 20000 euros pour le 01 Mars.

En fait non c'était la CPAM, je l'ai su à l'adresse (ce sont les seuls à indiquer la numéro du bâtiment alors que je l'ignore). Déjà ils m'ont pas plu, il manquait quelque chose entre le Mademoiselle (je croyais que c'était madame pour tout le monde ?) et mon nom, genre "Docteur". Oui je sais on s'en fiche, sauf que même mon fournisseur de blouse le stipule sur ses courriers. Et que ça me permet de faire le distinguo entre les courriers pro et perso.

Donc ça venait du service commercial.

Encore une mise en demeure pour un double paiement.

Comme dirait Mr Carie, "pourquoi ils vérifient pas avant de verser la prestation qu'ils ne l'ont pas déjà versé ?". Mystère et boules de gommes.

Sauf que pour le coup, je ne suis pas en tort (le cas plus haut je ne sais pas).

C'est à dire qu'ils m'ont déjà prélevé la somme réputée versée à tort. Avant la première notification de créance qui plus est ! Heureusement que je me suis calmée dans ma lancée et que je n'ai pas fait le chèque. Et que j'ai vérifié.

C'eût été drôle si ce n'était que ça.

Parce qu'en fait j'ai bien eu un seul paiement et non deux (ou alors il a atterri sur mon compte en suisse mais j'ai perdu mes identifiants ).

Donc ils doivent me rembourser (la somme est risible mais je compte bien ne pas laisser passer).

Tant d'énergie perdue pour une erreur informatique !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget