vendredi 22 février 2013

Savoir dire non

Il y a ces choses qu'on ne peut accepter.

Certaines par conviction personnelle, d'autres déontologiques.

Poser une couronne en or ou en argent sur une dent antérieure ? Certes la patiente est d'accord, certes c'est son mari qui ne veut pas payer le plus cher, certes c'est une preuve de richesse mais je ne fais pas (surtout si la dent est saine et ne nécessite pas de restauration prothétique).

Tailler une canine en pointe pour que la patiente ait l'impression d'être une vampire ? Ça me hérisse le poil à l'idée que le jour où la mode passera il faudra coller un composite là où il tiendra le moins (sur un bord où s'applique le plus les contraintes masticatoires). Et puis c'est moche ...

Passer une carte vitale qui n'appartient pas au patient ? Je pourrais si je ne m'en rendais pas compte un matin mal réveillée, pressée ... mais si on me la tend que je vois que le nom et prénom sont différents je ne suis pas d'accord (oui je ne demande pas de pièce d'identité donc rien ne me prouve que Mr Alexandre X ne s'appelle pas en fait Anatole Y, sauf son chéquier à la limite). J'ai eu le cas 3 fois récemment. Le coup du "mon mari n'est jamais malade, il a aucun problème dentaire, vous pouvez mettre ma mère à la place ?". Non catégorique. Des fois que le mari ait un grave souci et que je sois embêtée par la sécu (genre je pose une couronne sur une dent extraite 2 ans avant ...). Certes c'est plaisant d'être CMU et de se faire soigner "gratuitement", ça doit être grisant de vouloir en faire profiter les autres. Mais après comme enrayer ? La carte va tourner comme un vulgaire joint, toute la famille voir le quartier va en profiter. Dire non c'est résister. (Le contraire de ces généralistes qui abdiquent et pondent des arrêts maladie de convenance).

Recevoir un patient en urgence alors qu'il a raté ses 2 derniers rendez-vous ? Oui si on veut lui faire comprendre qu'il est le roi du monde et qu'il peut venir chez nous comme chez macdo à toute heure. Le faire poireauter un jour ou deux peut paraître cruel mais c'est de "l'éducation". On construit sa réputation sur la qualité des soins mais aussi sur la gentillesse et la fermeté. Certains patients en on blagué de ma capacité chaque fois de leur répéter qu'ils sont en retard, puis ils sont venus à l'heure ou ont appelé pour prévenir. D'autres ne sont jamais revenus après le dernier avertissement où j'ai ouvert la porte et fait mon regard le plus noir (celui ne me parle pas je vais te bouffer sinon), ils savaient qu'ils avaient usé leur dernière chance et que je les prendrais plus.

Devenir prestataire de service et devoir faire tout ce que le patient demande ? Souvent, surtout avec les patients CMU. Un patient non CMU ne viendra jamais me voir en me disant "je veux refaire mon stellite, j'y ai droit", il dira "bon là il a 15 ans il tient plus, vous pouvez me faire un devis pour ma mutuelle pour que je me prépare ?". J'en vois un par jour qui veut couronner une dent qui va bien parce qu'elle est moche (mais pas dévitalisée) et qui ne comprend pas pourquoi sa soeur a tout faire refaire gratos par la CMU et lui ne peut pas (chaque cas est différent). Dans le même genre, "ma femme me dit que je peux avoir un bridge, pourquoi j'ai un appareil amovible alors ?", "peut-être parce que pour faire un bridge il faut 2 piliers et que toi tu n'as plus de dents à l'arrière ? ". Dernièrement je me suis engueulée avec une patiente qui voulait que je refasse son stellite alors qu'une réparation aurait suffit. Bien sûr généralement quand je refuse, j'ai le droit à un "j'ai travaillé aussi moi, mais je suis malade, vous devez soigner tout le monde". Genre je suis une grosse raciste. Si c'était le cas, j'aurais changé depuis longtemps de quartier.

Je ne peux accepter non plus qu'un patient ouvre la fenêtre de la salle d'attente et interpelle son ami en bas dans le parc. "On est pas dans un cirque".

Je suis ferme et intransigeante et la minute d'après douce comme un agneau. Une manière d'annoncer à tout le quartier qu'il "ne faut pas lui faire à l'envers à celle-là" .


5 commentaires:

  1. Vaste programme de redressement du monde ... Pas politiquement correct de dire que beaucoup de patients CMU ne sont pas très motivés... mais malheureusement vrai... Quand les patients râlent contre sécu qu'on dérembourse certains médicaments etc... Je leur conseille de réfléchir à ce qu'ils ont encore comme prise en charge. Dans la plupart des pays ( Europe comprise) aucune prise en charge des soins et encore moins de la prothèse. Allez voir en Angleterre, en Espagne, au Portugal, au Canada, aux USA. Je détartre tous les ans un canadien qui se marre quand je lui facture le détartrage à 28 euros 92 (à ses frais)

    RépondreSupprimer
  2. Mr Carie m'avait raconté la venue de son ex belle-mère canadienne en France qui avait tendu 200 euros en espèces au dentiste pour son détartrage, et à laquelle on avait répondu "ici c'est 28,92 euros ...".

    Pour ce qui est des CMU vu mon secteur d'action, je suis obligée de les traiter, heureusement les "bons" se démarquent tous seuls par leur motivation et les mauvais s'éliminent en loupant les rendez-vous.

    Allez on arrête de parler de dents, t'es en vacances maintenant ! Profites-en !

    RépondreSupprimer
  3. Les memes problemes pour un dentiste, partout ou il exerce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement oui !

      Mais on a nos bons patients qui nous font sourire !

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget