jeudi 7 mars 2013

Petite mine

Certaines journées commencent très bien puis il suffit d'un élément pour tout pourrir.

Ce sont rarement ces après-midi où les rendez-vous manqués s'enchaînent (généralement ces choses là s'accumulent), au pire je n'ai rien fait de l'aprem, enfin rien fait de constructif, de rentable, mais j'ai bâti ma maison écolo fictive ou fait une étude de marché de quelle crème pour le corps acheter, je trouve toujours quelque chose pour passer le temps (la preuve je ne fais jamais ma compta ou un vrai truc utile comme passer l'aspirateur).

Non les jours pourris ce sont les  jours où un patient te casse le moral. Au summum du pire tu passes un très mauvais moment face à un fou, au mieux tu n'arrives à ne rien faire de correct de l'après-midi.

C'est à dire ne pas pouvoir finir un traitement canalaire car les canaux sont trop fins, ne pas terminer un soin parce que l’anesthésie ne prend pas ... Des petites choses négligeables qui mises bout à bout entament le moral.

Je n'ai pas d'objectif de rentabilité donc techniquement ne pas finir un acte est anodin, mais c'est juste usant de penser au futur rendez-vous où on est même pas sûr de pouvoir y arriver correctement.

Ce jour-là j'ai du avoir 3 rendez-vous pourris mais en sortant j'avais l'impression que tout ma journée avait été semblable.

J'ai dû verser une larme avant de quitter le cabinet. Dans mon souvenir j'ai passé l'aspirateur et tout de suite ça allait un peu mieux (le son de l'aspiration qui couvre un peu le sanglot même furtif qui précède la coulée des larmes) (non je ne suis pas dépressive mais le fait de pleurer me permet d'extérioriser et passer à autre chose).

J'ai croisé mon titulaire qui vu l'heure (et un coup d'oeil rapide sur l'emploi du temps) a compris que j'avais du me battre avec un traitement canalaire pas facile.

Puis je suis retournée dans le froid et j'ai commencé mon bilan de la journée, le debriefing du soir (le matin sur le chemin j'essaie de reconstituer mon planning pour savoir si ça va être cool ou non).

J'ai repensé aux rires avec telle patiente, ou de notre conversation sur la vie en général, aux sourires des autres, à ceux dont j'avais fini les soins et finalement il n'y avait eu que 3 loupés. Celle qui m'a fait pleurer en pleurant de douleurs sur laquelle au bout de 4 anesthésies j'ai compris que je ne pourrais rien faire, celui qui est arrivé en retard avec ses incisives pétées que j'ai reconstituées comme je pouvais alors qu'il bougeait, fermait la bouche et dont je n'ai pas côté les actes tellement c'était moche et auquel j'ai redonné rendez-vous pour refaire au calme, puis celui qui avait les canaux trop fins.

Je devais encore avoir une sale tête en sortant du métro car un mec m'a regardé en me disant "vas te reposer t'as une petite mine".

Puis la télé était branchée sur Top Chef avec Dr Carie déjà rentré aux fourneaux et j'ai eu meilleure mine.

6 commentaires:

  1. Et oui, il y a des jours il faudrait mieux rester coucher, malheureusement on ne le sait pas à l'avance. C'est vrai qu'arriver en fin d'une journée bien pourrie il ne suffit plus de grand chose pour exploser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui souvent sur le papier ça doit aller tout seul et en réalité rien ne va.
      Il faut juste un petit temps ensuite pour décompresser et passer à autre chose.

      Supprimer
  2. Y a des jours très très pourris ... Mais il y a 2 semaines j'ai eu une journée (presque) parfaite, que les patients à l'heure et sympas, des endos de rêves, des phrases gentilles, du temps pour bavarder avec mon assistante, la prothèse qui adapte parfaitement, enfin le rêve ! J'étais sur un nuage et d'humeur merveilleuse. Heureusement que ça n'arrive pas trop souvent, car je finirais par m'y habituer ...
    Quand c'est pourri, je me dis que ça ira mieux demain. Mon docteur à moi ne s'approche pas trop des fourneaux, alors c'était au moins un bon point pour cette journée !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait que dr Carie cuisine est un point non négligeable effectivement !
      J'ai des journées assez bien équilibrées généralement car c'est moi qui fait mon planning mais ça arrive parfois que ça tourne mal, heureusement je fais le maximum pour que cela arrive le moins souvent possible.

      Supprimer
  3. Il y a des jours sans, et des jours avec. Il faut essayer de garder en tête que les patients avec lesquels cela se passe mal ne sont qu'une minorité, mais que c'est d'eux qu'on se souvient le plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà. Généralement c'est vite oublié, surtout maintenant avec les vacances !

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget