vendredi 19 avril 2013

Doit-on travailler au quart d'heure ?

Il y a plusieurs types de dentistes mais il y a surtout deux façons d’aménager son emploi du temps.

Il y a ceux qui aiment aller vite et ceux qui aiment prendre leur temps.

Ceux qui ont une assistante au fauteuil et ceux qui se débrouillent tous seuls.

Ceux qui ont 30 minutes à peine pour avaler un déjeuner et ceux qui vont au petit restaurant d'à-côté avec toute leur équipe pour décompresser.

C'est mathématique, si on divise le temps passé avec un patient, on multiplie par deux sa capacité de prise de patients. On passe aisément de 16-17 patients par jour à une trentaine.

Si on accorde cette donnée au besoin de rentabilité, on se rend compte que 4 patients en 1 heure pour faire 200 euros c'est plus simple que 2 patients par heure.

Sauf qu'en réalité, on est plus efficace en travaillant sur de longues plages horaires. Moins d'intervalles entre 2 patients pour le praticien ou/et l'assistante à nettoyer et préparer le fauteuil, moins de temps perdu à chaque réinstallation du nouveau patient, encaissement, prise de rendez-vous, moins d'allers-retours pour ouvrir la porte ...

Certains rendez-vous ne peuvent durer trop longtemps (un détartrage par exemple) mais le but est de rassembler le plus de soins possible pour que le patient rentabilise aussi son temps perdu (son RTT, sa nourrice ...).

Et en plus c'est bénéfique au point de vue moral car on se fatigue moins, on stresse moins, on parle plus au patient et on fait moins d'erreurs.

Le confort personnel peut paraître discutable. Le mieux n'est il pas d'enchaîner les patients ? De pouvoir tous les prendre très vite ?

J'ai eu une titulaire qui ne buvait pas d'eau car elle n'avait pas le temps entre 2 patients. C'est rapide pourtant une pause toilette mais si on considère le temps accordé au soin, au rangement et à la préparation du fauteuil, 15 minutes c'est très court.

Mon rythme est d'un patient toutes les 30 minutes minimum voire des plages beaucoup plus longues en fonction de ce que j'ai à faire. Et mes journées préférées sont celles où je vois très peu de patients, car généralement ce sont des patients qui me sont familiers et je suis beaucoup plus détendue.

Certes  on a souvent une petite patientèle quand on débute, et si  on a pose sa plaque dorée dans une ville sur-dotée  on peut facilement étaler ses plages horaires. Mais il existe aussi ces dentistes débordés qui croulent sur la demande,  dans les campagnes normandes ou autres zones désertiques qui ont des agendas remplis sur 3 mois. La facilité est de prendre tout le monde en 15 minutes.

Personnellement 30 minutes c'est ma tranche de base, si c'est moins je ne fais qu'un contrôle mais pas de soin. Je considère qu'il me faut 15 minutes pour un détartrage correct dans une bouche "normale" (celle qui a vu un dentiste dans les 4 dernières années et qui a une hygiène correcte) mais 15 minutes pleine (donc or installation/nettoyage/encaissement) , et 20 minutes pour faire un soin dans de bonnes conditions.

Je sais qu'en quinze minutes je ne ferais aucun soin de qualité (à part avec une assistante au fauteuil au sur-taquet et une secrétaire pour tout l'administratif). Et généralement les praticiens que j'ai vu travailler de cette façon font de l'abattage. Et ne prennent pas d'enfants à part pour un contrôle. Car soigner un enfant en 15 minutes est antinomique ...

Avec un rendez-vous de 30 minutes, je m'assure 5 minutes de retard du patient (ou de retard/nettoyage  pour moi), 20 minutes de soin et 5 minutes de discussion. Je m'assure ma pause pipi (dérisoire me direz vous mais capital quand on a une alimentation équilibrée).  Et je garde des plages acceptables pour les urgences. Caser une urgence entre 2 patients de 15 minutes, revient à consacrer 10 minutes par patient donc finalement à bâcler 2 soins pour soulager à moitié le 3 ème.

Et puis au vu des un peu moins de 40 années de cotisations avant de prendre ma retraite, j'ai intérêt de me préserver ... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget