vendredi 24 mai 2013

Passer du côté obscur

Je me rappellerais toujours de ce jour où en TP nous nous étions dirigés sans réfléchir vers les microscopes du côté gauche et que le chargé de TP nous avait dit "c'est drôle, mais vous verrez dans 10 ans vous serez tous à droite". Certes il est vrai qu'il ne s'était pas trompé. Mais peu importe les orientations politiques, ce qui me choque ce sont les changements d'idéaux. 

Certains de mes confrères, la plupart d'ailleurs viennent de milieux aisés, avec souvent un parent ou plusieurs dans le milieu médical. Ceux-là ont baigné dans ce monde depuis la naissance, ils savent ce que c'est de gagner sa vie, d'en profiter, d'épargner ... Ceux-là je ne les blâme pas, ils veulent juste reproduire la vie qu'ils ont eu pour leur future famille .

Puis il y a ceux qui viennent d'un milieu populaire, qui ont galèré pour payer leur appart, qui ont jonglé avec leurs bourses, bavé sur les "nantis" en voyant leurs superbes voitures sur le parking de la fac alors qu'on avait que 20 ans. Malheureusement quand toute la famille reporte son envie de réussite, on finit par avoir l'envie ou la niaque du "nouveau riche". C'est à dire vouloir tout tout de suite, posséder et le montrer, gagner de l'agent et le revendiquer quitte à être ostentatoire. Quitte à être ridicule à pavaner avec une audi A1. Bien sûr tous ne sont pas obsédés par l'argent mais c'est une minorité.

Gagner sa vie quand on le fait honnêtement à la sueur de la turbine je ne suis pas contre, c'est mon crédo. (Ça et bien manger).

Par contre quand on propose des devis qu'on ne proposerait pas à sa propre famille, je trouve cela dégueulasse. J'ai en souvenir des conversations avec des collègues qui se fixaient des objectifs de chiffre d'affaire pour des remplacements, tels des commerciaux de darty, ils parlaient de vendre x couronnes, x inlays-onlyas ... Bien entendu les objectifs étaient établis avant d'avoir vu l'emploi du temps ou les patients. 

Je sais qu'une partie de mes confrères n'en seront pas choqués, pour être rentables les soins conservateurs ne sont pas suffisants, si on ne fait pas de prothèse on est déficitaires. Mais en proposer quand l'indication ne se pose pas est malhonnête et considéré comme du sur-traitement.

Quand on est soignant, notre devoir est de soigner, ensuite on pense à comment payer le matos/l'assistante et en dernier on devrait penser à changer de voiture.

Certains  trient leur patientèle d'une manière simple,  le plan de traitement global. Un patient vient pour une rage de dent, on le soulage mais on lui dit que la dent ne sera dévitalisée que si la couronne est réalisée, et les autres soins devront également attendre. Certes il est peu rentable de ne faire que des soins mais cela suppose qu'on ne soigne que ceux qui en ont les moyens  (ou qui souscrivent à un crédit revolving). Le reste des patients, va voir nous les pauvres couillons qui acceptons tout le monde.

J'ai juste envie de leur dire, "n'oublie pas d'où tu viens". Soigne tes patients comme tu aimerais qu'on soigne tes parents.

6 commentaires:

  1. Ce que tu dis à la toute fin, j'y pense souvent. Cette phrase est sortie de la bouche d'une de mes formatrices à l'époque où j'étais étudiante, elle est gravée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a le droit de profiter quand on a 15 ans d'exercice ou du moins de "jouir de ses privilèges" mais vouloir une ascension rapide en dépit des autres ça me dégoûte un peu, c'est la course à la richesse ... (Et après ils se plaignent pour leurs impôts).

      Supprimer
  2. c'est important de remettre les choses à leur juste place
    " d'abord soigner ensuite payer le matos / l'assistante et seulement après changer la voiture "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca devrait toujours être ça non ? Etre rentable pour ne pas couler et après penser à l'accessoire ? J'ai vu tellement de dentistes vouloir avoir un train de vie qu'il ne pouvait pas s'offrir, je trouve ça beaucoup plus moche (genre rouler en jaguar et ne pas payer ses fournisseurs ni ses assistantes en temps et en heures).

      Supprimer
  3. Vous avez tout dit.
    C'est bien qu'il y ait des gens comme vous , qui traite les patient honetement, par ce que c'est vrai , même si c'est le dentaire, le job c'est de gagner sa vie en soignant les gens. Mais je pense que c'est comme partout, peut être un peu plus chez les dentistes, mais il y en aura toujours qui penserons profit avant de penser soigner, dans ce cas là il faudrait leur dire de changer de métier et d'aller vendre des assurances ou de devenir chef d'entreprise, pas médecins.

    Cath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les médecins n'ont pas cette vision mercantile, ils soignent. Ne proposent pas de devis ou autre.
      On est la seule profession de santé je pense à être dans ce cas. A part peut-être ceux qui proposent de l'esthétique ?

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget