vendredi 5 juillet 2013

Celle qui me rendait malade

Depuis que j'ai réaménagé mon emploi du temps pour être efficace et contente de me lever (c'est à dire virer les indésirables), je ne suis jamais allée au cabinet à reculons.

Je suis humaine donc l'idée de rester au lit après un vendredi trop arrosé ou juste par flemme me traverse parfois ... 2 secondes avant de prendre le chemin de la salle de bain.

Personne, même pas lui, ne me fait autant flipper que cette pauvre femme qui du haut (bas) de ses 60 balais me donne du fil à retordre.

A elle seule, elle suffirait à me faire quitter le cabinet pour être sûre de ne plus l'avoir (la voir) comme patiente.

Car bien sûr j'ai essayé de la virer. Pour tous les autres ça a marché sans forcer. Elle, elle m'a fait comprendre que j'étais une incapable, une raciste ... mais elle ne veut pas me quitter car je suis "obligée de la soigner". Si je lui réponds que nos différends me pousse à l'adresser à un confrère elle retorque qu'elle a cotisé toute sa vie et qu'elle mérite sa CMU (ce que je n'ai jamais contesté au passage).

Bien sûr elle s'arrange pour venir quand mon titulaire est absent, car lui bien sûr sait pourquoi elle n'est plus sa patiente. Lui a réussi. Et elle fait passer ça pour un choix.

Bref dès la veille c'est une grande douleur que de se préparer à l'idée même de la recevoir, savoir si ça va bien se passer, si "je vais m'en prendre plein la gueule" ...

Madame MegaChieuse a réussi à persuader tout le monde qu'elle avait une maladie qui l'empêchait d'être sympa. Sauf moi bien sûr. Je n'ai jamais osé appeler son médecin généraliste de peur de savoir qu'il a voulu se pendre lui aussi. Tout le monde sait qu'elle a une excuse, et moi je n'ai qu'à faire avec. 

Elle a un caractère fort, ça tombe mal moi aussi et j'ai horreur qu'on me commande ou qu'on me dise quoi faire, surtout quand on est ni ma mère ni mon patron.

Donc elle, elle arrive en me disant que son appareil est pété et qu'elle veut le refaire entièrement. Je passe sur la séance de négociation à lui expliquer qu'une réparation est possible sans engager un renouvellement entier du dispositif qui est ni vieux ni obsolète. Mais elle ne le paie pas son nanard donc elle ne veut pas en entendre parler et hurle pour avoir un neuf.

Soit j'abdique après avoir compris qu'elle n'entendait pas/comprenait pas mes raisons, à part que je suis raciste et que je refuse de soigner les CMUs.

Je pensais que ce serait rapide et sans douleur vu sa pression pour être débarrassée au plus vite. Inutile de dire que je me fourrais le doigt dans l'oeil. Profond. On aura vu passer une saison entière.

J'avais retenu la leçon, je ferme ma bouche, me fait traiter "d'apprentie", sans broncher.

Un jour le vase débordera à nouveau et je verrais cette femme à qui on donnerait le bon dieu sans confession, me menacer de me cogner dans l'ascenseur (si je ne lui faisais pas un blanchiment alors que ce n'est pas pris en charge). Je ne dirais pas que j'ai eu peur mais vu son énergie débordante, je sais qu'il faut me méfier. 

On a finalement réussi à lui faire un appareil qui lui convenait (je passe sur le "je veux un sourire de star alors que j'ai la bouche en vrac") et elle a disparu de ma vie pour un court instant.

8 commentaires:

  1. Bonjour jeune consoeur,

    certaines personnes sont toxiques, autant dans la vie pro que perso.
    En perso on est parfois obligé de les subir (et encore...) mais si tu me permets un conseil de -plus- vieux ;-) n'accepte pas cela dans ta vie professionnelle.
    Ta carrière va être longue, pas tous les jours rose même si on a un métier formidable, il te faut apprendre à dire non une seule fois et à t'y tenir si tu veux durer en bonne santé physique et psychique.
    C'est toi le professionnel, c'est toi qui dirige et qui commande chez toi, il y a des gens avec qui ça n'accrochera jamais, écarte-les immédiatement, en douceur mais fermement, tu te sentiras beaucoup plus sereine et exercera ton job plus efficacement.
    Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normalement j'arrive parfaitement à gérer les indésirables et à virer ceux que je n'ai plus envie de soigner, mais elle c'est vraiment particulier. Malgré de multiples tentatives (dont une alors que j'étais à la énième séance d'essayage) pour arrêter, elle continue à vouloir venir.
      Ce qui me "rassure" c'est qu'elle ne va pas refaire sa prothèse tous les ans et que d'ici 5 ans, je me donne aussi comme objectif de partir.
      Merci en tout cas.

      Supprimer
  2. Mais tu as le droit de la refuser carrément non? (c'est une vraie question : a-t-on le droit de dire non?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Techniquement oui si tu l'adresse à un confrère plus compétent. Mais elle est maso donc elle veut continuer avec moi ...

      Supprimer
  3. Sacré personnage. Voilà qui égaye tes journées monotones... Ce genre de parasites est épuisant, mais elle est le yin dans le yang ! On comprend mieux alors notre chance à soigner des personnes disons davantage avisés sur les codes de communication élémentaires.

    Plus sérieusement je suis d'accord avec DrG. Arrive un moment où nous devons dire non. Tant qu'elle sentira qu'elle a une prise sur toi, elle continuera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement elle sait que ça bloque car je n'adhère pas à son comportement. Après elle va revenir pour son détartrage annuel donc ça passera beaucoup plus facilement.

      Supprimer
  4. Peut être qu'elle vous aime bien?

    Sérieusement, j'ai jamais compris pourquoi les pauvres ( excusez moi ) auraient le droit à des soins gratuit, car dans tout les cas c'est la classe moyenne qui se fait avoir , car le riche peut se permettre de payer, le pauvre à la CMU, la personne de la classe moyenne doit se demerder à joindre les deux bouts car bien sûr aucune aide. La CMU renforce les inégalités sociales je pense, car pourquoi par ce qu'il ne peuvent pas payer la sécurité social, il devraient avoir droit aux soins gratuits?

    Cath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a une façon assez particulière de le montrer dans ce cas.
      La grande inégalité est pour la classe moyenne effectivement je ne sais pas ce qu'on peut faire a part des aides pour accéder aux mutuelles ?

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget