vendredi 12 juillet 2013

Educacion

Une fin d'année dans un bus Eurolines pour Barcelone, un enfant qui tape dans le siège avec ses jambes, la dame espagnole devant qui se retourne exaspérée en vociférant un "Educacion !", ça m'a marquée. Encore maintenant quand je vois un enfant "mal élevé", je pense à ça.

Mais qu'est-ce qu'être mal élevé ? Certains diront que je le suis parce que je dis des gros mots facilement, le moins possible mais pas mal au final. D'autres diront qu'un enfant est un enfant, et que je ne peux pas comprendre puisque je suis nullipare.

A quel âge doit-on apprendre les limites à ne dépasser à son enfant ?

Ce qui me choque en entendant le discours de certains enseignants est que certains parents délaissent toute charge éducative (et non plus instructive) sur l'école. Et rejettent leur manque d'implication en disant que si c'est le bazar en classe c'est la faute de l'enseignant, de son défaut d'autorité ou son manque de "savoir-faire" et non la leur.

Au cabinet c'est un peu pareil, les parents nous ramènent leurs enfants plus ou moins polis, avec plus ou moins de caries en bouche. Et au lieu de se remettre en question quant à la présence importante de lésions carieuses et aux bonbons/boissons ingérés quotidiennement, ils veulent que nous prenions le rôle du grand méchant dentiste qui va les punir et leur faire mal parce qu'ils l'ont mérité.

(On notera juste que jamais on ne m'a remise en question en disant "c'est pas possible il a encore des caries mais vous en aviez fait 10 l'an dernier.)( Et heureusement).

En questionnant les parents on apprend que l'enfant se sert tout seul des haribos dans la journée parce qu'il a faim, ou qu'il ne peut dormir à 4 ans sans boire un biberon de lait chocolaté. Et jamais les premiers n'interviennent pour stopper leur comportement ou reprendre en main leur alimentation. Un jour d'hiver j'ai cru m'étouffer en voyant une fratrie de moins de 3 ans avec leur mère tous une sucette à la bouche à 22h du soir

En fait il faudrait réinstaurer des cours de nutrition au collège-lycée pour apprendre aux futurs parents les bases d'une alimentation équilibrée parce que souvent on reproduit les mêmes habitudes et erreurs de génération en génération.

Parfois ils seront capables de dire "on lui donne des bonbons parce qu'il aime ça et on lui dit tu vas voir ce que ça va te faire" et ça donne une bouche dévastée avec des parents complices "on lui avait dit d'arrêter, il a pas voulu".

Si le patient est mignon et coopératif, je le soigne sans souci mais si il commence à gesticuler j'arrête. Le parent est toujours énervé parce qu'il voulait en finir mais il ne calme souvent pas le jeu avec son enfant en commençant au contraire une séance de négociation. "Allez 5 minutes et on va chez macdo". "Tu vas voir un coup et c'est terminé". "Après on part et je t'achètes ce que tu veux".  Déjà je n'ai pas besoin de 5 minutes mais de 20, c'est moi seule qui peut savoir si il reste de la carie à nettoyer. Le parent préfère qu'on traumatise son gamin en faisant un soin de force. C'est simple pour une extraction de dent de lait, on prend un davier, on oublie les pleurs sans larmes et on tire, mais une carie, quand on est seule (et qu'on tient à ses doigts et à ne pas arracher la joue avec l'instrument rotatif), c'est impossible.

Je ne sais pas vous mais quand j'étais petite, si mon père ou ma mère me donnaient un ordre je l'exécutais sans le remettre en question, et jamais je ne faisais de scène chez le dentiste (pourtant on a du m'arracher pratiquement toutes les dents de lait). 

La parade qui marche le mieux est d'adresser l'enfant à un pédodontiste, c'est à dire un dentiste qui ne soigne que les enfants et qui du coup se fait plaisir sur les honoraires. Un acte pédodontique est toujours déficitaire avant même qu'on ouvre le premier sachet d'instrument, alors sur un patient réfractaire vous n'imaginez pas (nous dentistes ne pouvons compter une consultation que par séquence de soin donc si le patient revient 2 fois sans rien faire, on ne peut rien coter, merci la nomenclature ...). Généralement quand le parent voit la facture du premier rendez-vous, il "parle" pour de bon avec l'enfant qui ouvre le bouche et reste tranquille comme par magie au rendez-vous suivant avec nous.  

Quand on soigne comme moi des enfants de cultures différentes, on est frappés par la différence. En somme plus ils viennent de l'est plus je suis sûre d'être tranquille, "mes" petits asiatiques (indiens ou chinois) ouvrent la bouche sans broncher et souvent sans laisser une parole s'échapper (parfois tu te dis que tu soignes une poupée), les petits est-européens écoutent leur mère et ne discutent pas, par contre les méditerranéens c'est un autre souci, mais uniquement pour les fils, les filles ayant l'habitude d'être sages et disposes contrairement à leur frère qui est l'élu de la famille (je caricature  mais souvent ils ont un pass no limit). Et puis il y a les vrais beaufs qui ne pouvaient pas révolutionner la France et dont on plaint les enfants (généralement début d'obésité infantile en plus). 

Et si on passait un diplôme avant d'être parent ?

Edit : Je sais que pour beaucoup je passe pour la conn**** de dentiste qui veut donner des leçons. Mais je ne parle pas ici de faire manger des haricots verts tous les soirs à ses enfants ou de les élever en pianistes virtuoses.

Je sais à chaque fois que je parle d'enfants qu'il y a 2 camps. Ceux qui disent que je ne n'y connais rien et ceux qui plussoient. 

Sauf que je soigne plusieurs enfants par semaine, que j'ai le temps de parler alimentation et hygiène avec leurs parents, et je sais que l'un ne va pas sans l'autre. Et j'ai aussi une famille, des cousins, des neveux, des amis qui ont des enfants. On est pas tous dentistes, ni CSP +, on a tous une idée différente de la parentalité parce qu'il n'y a pas d'idéal mais on se retrouve sur le fait que les bonbons et boissons sucrées ne sont pas une alimentation normale.

Bien sûr si votre enfant a une carie ça ne fait pas de vous une mauvaise mère. 

Mais si votre enfant de 5 ans a déjà la bouche ravagée par les caries, le responsable c'est vous. Et même si c'est dur à accepter il faut se remettre en question. Souvent dans les familles que je rencontre, l'ainé essuie les plâtres et les suivants sont mieux suivis.


29 commentaires:

  1. "Je ne sais pas vous mais quand j'étais petite, si mon père ou ma mère me donnaient un ordre je l'exécutais sans le remettre en question, et jamais je ne faisais de scène chez le dentiste (pourtant on a du m'arracher pratiquement toutes les dents de lait)" :

    J'ai jamais eu de gros problème dentaire. J'avais droit à 20g de bonbons par semaine aussi, et des sodas trois fois l'an, ça a sûrement joué sur la suite.
    Bref, tout ça pour dire que d'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais fait de scène non plus chez le dentiste... parce que je n'ai JAMAIS eu peur. Sûrement aussi parce que ma mère m'a toujours dit "si tu te laves pas les dents, tu vas avoir des trous dedans. Et puis de toutes les façons, tu vas te laver les dents.". Pas "si tu te laves pas les dents, la méchante dentiste va devoir percer dedans et les arracher ensuite et ça va faire très très très très mal". Bon, et ma dentiste est géniale.

    Aujourd'hui je suis tellement détendue chez elle que je lutte contre le sommeil pendant qu'elle m’ausculte. (le CONFORT du fauteuil qui s'allonge, aussi...)

    RépondreSupprimer
  2. Il y a aussi le "Mange ta soupe sinon on va appeler le voisin moche pour qu'il te force".

    En fait je n'ai pas évoqué la peur transmise par les parents à leurs enfants. Je leur dit souvent de venir avec eux pour un contrôle ou un détartrage pour qu'ils voient de leur yeux qu'il n'y a pas à avoir peur.

    Pour ce qui est de l'alimentation, je ne suis pas une dictatrice mais les bonbons ce n'est pas un aliment sain qui doit devenir une habitude, surtout pour un enfant de 4 ans.

    RépondreSupprimer
  3. Je gardais une petite à qui la maman disait : "mange tes haricots verts, sinon tu sera constipée, tu pourras plus faire caca et tu auras très mal au ventre, tu iras à l'hôpital et on devra te faire plein de piqûres pour guérir, et les piqûres ça fait mal je te préviens, alors maintenant tu manges!"
    Voilà.
    Bref. Les enfants mal élevés deviendront des adultes mal élevés... et des vieux mal élevés. Y a du boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours trouver la punition, le voisin méchant, l'hôpital qui fait peur, sauf que l'enfant généralement ne se projette pas (ou alors comme moi avec mon amoureux de CE2 qui était censé m'épouser, j'attends toujours).

      Malheureusement on entretient la peur et après on s'étonne que l'enfant gesticule comme un perdu à la vue du fauteuil. Surtout quand la mère dit 't'inquiète pas elle va arracher la dent ça va aller vite".

      Supprimer
  4. J'ai toujours été favorable à l'instauration d'un permis de parent ;0)

    Les courses du samedi dans une grande surface - avec caddies remplis de nuggets, de soda, et de trois enfants en hypercalorie d'entrainement hurlant à gorge déployée - plaident pour cette option (ou pour une ligature immédiate des trompes à l'aide de fil barbelé rouillé).

    J'ai remarqué que les gens qui se plaignent le plus que "rolala c'est un monde y'a plus de politesse" sont les même qui sont incapables de donner des limites à leur progéniture.

    L'enseignement c'est l'école, l'éducation, c'est les parents. Point.

    Et pas nécessaire de s'époumoner. Pour la plupart des enfants, dès lors que c'est une évidence et que l'adulte n'est pas prêt à flancher, une directive suivie de la mention "ce n'est pas une proposition, c'est une information" suffit amplement.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;-)

      Il faut trouver des responsables mais ce n'est jamais les parents, c'est l'école, le voisin, la vie ...

      Comme je le dit souvent on ne négocie pas avec son enfant, sinon c'est lui qui fait sa loi et crie jusqu'à obtenir ce qu'il veut.

      C'est dommage que mon grand-père ne soit plus de ce monde, pour moi c'est l'exemple même du gars avec qui il faut filer droit.

      Supprimer
  5. Oh, comme ça fait plaisir de voir tous ces beaux et sages avis !!
    Ça repose de savoir qu'on est pas seuls à l"educacion" Nationale...Mais on se sent parfois très isolés et complètement démunis.
    Remarquez, c'est le cas de beaucoup de parents aussi...
    Éduquer, élever, dans le sens de faire grandir, c'est super dur et complètement angoissant si on cogite trop...
    Mais à l'inverse, avec un brin d'insouciance, un sens aigu de l'aventure, une louche d'auto-dérision et un énorme dose d'humilité, sans oublier une bonne dose de patience et en plus un amour sans bornes, c'est finalement pas trop difficile. Surtout si on est complètement sûr(s) de faire le mieux pour enfants*.
    Ce qui manque souvent, c'est un semi-remorque de BON SENS!

    Nous, les enseignants, les mômes, on n'est pas chargés de les éduquer, ni de les élever (enfin si, comme des poulets en batterie, mais c'est un autre débat...). Et heureusement encore, parce moi, les gosses, j'les aime pas !!! ;-)

    * Si on se base sur mes observations de cette année scolaire, le "mieux" standard 2013 pour les enfants :
    La ceinture de sécurité, ça sert à rien, monter devant sans ceinture, à 4 ans c'est mieux. ("J'assume" dit le père cadre sup très cool)...
    Manger un vrai repas, ben c'est pas possible, le matin c'est barre sucrée emballée à la maison. (en CP)
    Apporter une pomme pour le goûter, c'est trop gros (?!)...
    Se coucher à une heure raisonnable, c'est 22 h, parce que sinon le petit ne voit pas son père (cadre ambitieux, pas ouvrier en 3x8)...
    J'arrête là, la liste est trop longue!
    Alors les caries comme conséquence à terme de l'abondance de sucreries et l'absence de brossage des dents, ben ça m'explique pourquoi sur une classe de 23, plus de la moitié a déjà eu des caries et considère ça normal!

    RépondreSupprimer
  6. Oui c'est dur d'élever un enfant, donc certains préfèrent le regarder grandir sans le brusquer car il est trop petit, trop émotif ... Et puis un jour il a 15 ans loupe son brevet et on se demande ce qu'on a fait de mal.

    Maintenant c'est l'enfant roi, tout lui permettre , ne rien lui refuser (télé, bonbons, jouets). Et ne jamais se remettre en questions (de toute façon c'est trop tard).

    Une mère cette aprem m'a dit que son fils mangeait plus entre les repas que pendant, je lui ai fait remarqué que c'était à elle de le recadrer même si il se plaint.

    On pourra toujours dire que c'est la crise et qu'on doit restreindre le budget, sauf souvent ce qui passe à la trappe c'est tout sauf l'accessoire . Des camarades de fac avaient remarqué en stage humanitaire en Afrique que souvent entre la brosse à dent et une canette de coca, c'était le coca qui était acheté. Et force est de constater que les repas à base de chips ont de beaux jours devant eux.

    RépondreSupprimer
  7. Mmmm...intéressant ce billet sur l éducation, seulement n' oubliez pas que vous êtes nullipare ...
    Le jour ou vous aurez des enfants, ce beau récit sur l' éducation parfaite sera extrêmement difficile à tenir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais il y a un gouffre entre le laisser-aller total et l'éducation parfaite.

      Obéir aux ordres de ses parents à 6 ans je ne trouve pas que cela soit difficile.

      Heureusement la plupart de mes patients me prouve que c'est juste de la volonté.

      Supprimer
  8. Ha ha. Ce n'est pas à 6 ans qu'il est difficile de s'en faire obéir, c'est bien avant. J'ai hâte de voir sur quel ton ferme vous allez parler à votre petit tyran de 2 ans. Surtout en public.
    En attendant, essayez d'envisager que s'il suffisait de "yaka, et fô que", à peu près tous les enfants seraient sages, et tous les parents riches.
    En plus d’être nullipare, vous être méprisante, et çà, c'est mal. Vous avez surement été atrocement mal élevée pour en arriver là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne prétends pas détenir la vérité. Et je ne crois pas non plus avoir donné ici le manuel pour élever ses enfants.
      Vous pensez que je vous méprise, et que je méprise ces parents. Mais je les plains. Car ce sont eux qui vont devoir faire le tour des cabinets dentaires pour des soins à refaire tous les ans. Je plains ces enfants qui ont des polycaries et qui sont trop jeunes pour se reprendre tous seul.
      Vous pensez que je ne sais pas de quoi est capable un enfant de 2 ans, vous vous trompez.
      Je sais que comme tout le monde j'aurais des difficultés. Je ne manquerais pas de vous en faire part.

      Supprimer
  9. Je me pose moi aussi souvent la question: pourquoi obéissais-je étant petite à mes parents sans broncher alors que mes enfants au même âge ne m'obéissent pas???

    Je ne suis pas une mère (nous ne sommes pas des parents!) laxiste(s), je ne les laisse pas faire tout ce qu'ils veulent, ils sont bien cadrés à la maison: politesse, alimentation (quoique... mon fils de 9 ans fait de la néophobie alimentaire, est-ce ma faute comme on me le dit depuis 7 ans?? Non pourtant, ma fille, diversifiée comme son frère mange de tout ou presque sans souci), ils sont au lit à heure fixe (en période sco comme pendant les vacances...), ils se tiennent plutôt bien à l'extérieur, ils ne tapent pas dans les sièges dans le bus, ils disent bonjour/merci/au revoir spontanément aux caissières/boulangers etc.

    Pourtant, il y a 7 ans mon fils a refusé d'ouvrir la bouche devant notre dentiste (adorable au demeurant), il a fallu un peu de temps et une séance en urgence (chute de vélo, deux dents de lait cassées à extraire) pour qu'il se laisse soigner. Depuis, il y va tranquillement, ça n'est pas son moment préféré mais il y va et se laisse faire. Plusieurs caries l'an passé malgré un brossage tri-quotidien et rigoureux (on y veille)...

    Il y a 4 mois, mon fils a refusé d'ouvrir la bouche pour poser deux bagues et prendre une empreinte chez l'orthodontiste... il a fallu 4 semaines et un RDV pour tout lui réexpliquer pour qu'il accepte de passer au dessus de sa peur... et on a repoussé le traitement en lui mettant juste une barre de contention... Et on l'emmène chez une pédopsy pour l'aider à gérer son stress et son anxiété.

    Je ne faisais pas de scène moi chez le dentiste, pourtant, j'étais terrorisée... il a fallu attendre en gros mes 20 ans pour que ça se calme. Et j'ai pris sur moi (et mon compagnon encore plus) pour ne surtout pas transmettre ça à nos enfants.

    Je suis aussi assmat, je garde une petiote de 20 mois, très bien élevée déjà, parents assez proches moi-même au niveau éducatif, tu vois, depuis 2 semaines, quand je lui dis "non", elle se met en boule par terre et commence à ululer!! Jamais eu ce comportement avec les miens :-D

    Depuis longtemps déjà elle refuse d'ouvrir la bouche pour laver ses dents... on fait quoi, on lui ouvre de force?? Idem quand elle refuse de manger, on a tout essayé.

    Dans ces cas-là, on fait quoi????

    C'est clair qu'avant d'avoir des enfants moi aussi j'ai vitupéré contre ces cons de parents incapables de tenir leurs sales gosses... maintenant... je sais qu'on fait comme on peut, pas seulement comme on veut. Et on peut aussi négocier, en laissant une porte de sortie au gamin qui se braque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison.
      Comme pour la grossesse on pense pouvoir maîtriser et finalement on ne maîtrise rien du tout.
      On pense pouvoir donner une alimentation idéale et on se bat pour faire finir son assiette comme tout le monde.

      La fille de mon titulaire est une vraie peste, a t'elle été trop gâtée ? Je n'en sais rien.
      Après il est vrai qu'une fois le pli pris, ce n'est pas à 6 ans qu'on peut changer.

      Pourquoi faisons nous pareil que nos parents mais avons des réponses différentes de nos enfants ? Peut-être que nos parents étaient beaucoup plus autoritaires que nous, finalement on veut donner les mêmes valeurs mais en essayant d'être plus cools. On a aussi plus désiré nos enfants (j'en sais quelque chose) donc quand ils sont là c'est une victoire donc les élève différemment.

      Pour votre fils, malheureusement quand on consulte très tôt pour un trauma, on est pas dans les même conditions que quand on vient pour vérifier qu'il n'y a rien. J'aime bien pour les tout-petits garder la maman sur le fauteuil et montrer ce que je vais faire sur elle. Après avant 6 ans c'est dur d'obtenir une coopération avec certains et ce n'est pas du à l'éducation, c'est juste la peur normale qui est difficile à combattre.

      J'espère que vous allez pouvoir mener à terme le traitement orthodontique, ce serait dommage de passer à côté. Même si c'est embêtant de devoir lui prescrire un anxiolytique pour ça. Pour l'instant sa peur surpasse le besoin fonctionnel, et je pense que le côté "tu en as besoin, et à 16 ans ce sera trop tard et plus remboursé" ne l'aide pas beaucoup malheureusement.

      En parlant de négociation, je ne parle pas du "mange au moins cette carotte et après tu as ton yaourt". Je parle de l'enfant sur le fauteuil qui a déjà décidé qu'il n'ouvrirait pas la bouche et dont le parent promet un vélo ou une console.

      La petite de 20 mois n'a pas encore 2 ans donc il est trop tôt pour se dire qu'elle ne brossera jamais les dents seule. Mais à son âge les parents peuvent encore influer sur son alimentation et maîtriser l'apport sucré pour éviter les caries (voir demander au pédiatre un apport de fluor).

      Supprimer
    2. Je reviens sur cette réponse bien bien longtemps après! Mon fils a accepté sans aucun problème la pose de son appareil dentaire (bagues et brackets) en haut en octobre dernier, plus de stress et déjà des résultats!!
      Idem en bas début février.
      On est tombé hélas dans une mauvaise période pour lui, on a pu l'aider efficacement (pas avec la pédopsy qu'on avait consulté, le courant ne passait pas du tout) .
      Mais on a pu en discuter avec l'ortho d'abord et avec notre super-dentiste ensuite (les deux se connaissent bien et je sais qu'il y a eu pas mal d'échanges pour trouver comment aider mon fils), les deux ont trouvé les mots pour le motiver.
      Début mars on est allé faire la visite bi-annuelle de contrôle, mon fils a eu une remontée de bretelles concernant le brossage, on est passé à la brosse électrique et c'est mieux.
      Et j'ai été ravie de constater que mon fils et ma fille allaient chez le dentiste sans aucune appréhension.

      Quant à ma "miss Deuzans", elle a accepte le brossage... la plupart du temps!! Il faut dire qu'on en a fait un jeu chez moi pour la motiver: les miens se brossent les dents après le repas de midi avant de retourner à l'école et elle imite.
      Du coup nos deux derniers RDV étant pendant sa présence chez moi, elle est venue avec nous et ma dentiste acceptant qu'on soit tous dans son cabinet quand elle s'occupe de mes enfants, elle a fini par aller ouvrir la bouche et montrer ses dents elle aussi!

      Supprimer
  10. Exactement quand on ne connais pas on ne parle pas...
    Madame carie fera comme tout le monde, c' est à dire emmener son mioche à 11h du soir au mc do pour chercher son happymeal afin d' éviter la crise et pouvoir se coucher tranquillement ...
    Les conseils d' éducation d' une nullipare sur l éducation, ça vaut pas un pet de lapin.
    Pourquoi ne pas rester dans le sujet que vous maitrisez ( les soins dentaire )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ahurissant cette histoire de môme qui exige d'aller au Mac Do à 23h !
      Il nous les a rendu tous toxicos le Ronald

      Supprimer
    2. http://www.inb.u-bordeaux2.fr/siteneuro2/pages/archiindex/Ahmed07/LR_443_070addiction.pdf

      Supprimer
  11. Et si ne vous ne comprenez pas la différence entre éducation et éducation alimentaire passez votre chemin.

    Je ne maîtrise certainement pas la parentalité (même si tous les enfants sont différents et les vôtres ne sont pas l'expression de la majorité) mais je maîtrise l'hygiène alimentaire. Vous dites la même chose à votre pédiatre ?

    Ne vous faites pas plus de mal, arrêtez de lire ce blog, vous n'y êtes pas obligée.

    RépondreSupprimer
  12. Ne vous piquez pas comme cela acceptez les remarques ...( mais je comprend vu votre jeune age )
    Et si je comprend la différence entre éducation et éducation alimentaire.

    Autre chose : "La fille de mon titulaire est une vraie peste" et bien vous êtes sympa comme collaboratrice, ça lui ferait surement plaisir d' apprendre ça...

    Je pense que vous êtes du genre faux cul à faire des grand sourire à votre titulaire la journée et à critiquer sa fille le soir sur votre blog, je suis bien contente de ne pas vous avoir comme dentiste, vous avez une drôle de mentalité pour une professionnelle de santé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'accepte sinon j'aurais bloqué les commentaires ;-).

      Supprimer
  13. En effet c' est pas pro de critiquer la fille de son titulaire.
    Quel sera le titre du prochain billet " mon assistante est une feignasse " ?
    Sorraine à parfaitement raison, vous êtes méprisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'assistante est un autre sujet. Trop vaste et trop compliqué.

      Supprimer
  14. Le mépris est la marque des gens de bien.
    La médiocrité humaine est insupportable à celui qui respecte ses semblables.

    Sethef

    RépondreSupprimer
  15. Emmener un enfant chez Mac do pour éviter une crise?
    Mais où va-t-on?
    Bientôt on leur donnera leur bac pour éviter qu'ils agressent leurs enseignants?
    Être parent c'est apprendre à une enfant qu'il y a des limites et des règles dans la vie.
    Essayez une chose: ne cédez plus à la crise et vous n'y serez plus confrontés...
    Éduquer un enfant n'est pas une chose facile, et c'est en voulant s'affranchir des difficultés qu'on se les crée.

    RépondreSupprimer
  16. Pas d'accord du tout sur les enseignants.

    Je sais que je ne me fais pas des amis en disant ça, mais s'imaginer une seconde que l'éducation n'est pas un truc qui se gère h24 c'est juste avoir une poutre dans l’œil. Ouai, quand ma fille est a l'école, je délègue une partie de son éducation a sa maitresse. Tout bêtement parce que je n'y suis pas et qu'expliquer, se faire comprendre, c'est tout le temps, pas juste quand elle est a la maison, sinon ça marche pas. Quand a la fin de la journée on me transmet que la naine a eu un comportement dérangeant pour les autres, je reprend toujours derrière les choses avec elle. On essaye de fonctionner avec bon sens et intelligence avec les gens qui sont amener a s'occuper d'elle.

    Quand on confie son gosse a une crèche, a une nounou, a une équipe enseignante, aux grand parents ou dieu sait qui, il y a tjs une composante éducationnelle. N'importe quel adulte qui intervient au quotidien auprès d'un enfant a aussi un rôle d'éducation. C'est juste totalement illusoire de s'imaginer qu'un gamin met sur "off" l'intégration des relations sociale, notions de politesse, de vivre ensemble et autre dès lorsqu'il fou les pieds a l’extérieur (justement au moment ou il apprend le plus cette notion de vivre ensemble). Et honnêtement, un enseignant qui refuse de voir qu'un gamin n'est pas qu'une machine a ingurgiter des connaissances mais est AUSSI (et surtout...) sensible au savoir vivre, a l'exemple fourni de respect de l'autre etc, ben a mes yeux il a rien a foutre à s'occuper de gamins (ouai, c'est un gros troll ça).

    Pour en revenir au sujet, un truc qui me choque, sans vouloir dédouaner les parents, c'est qu'on a tjs pas interdit les publicités alimentaire a destinations des enfants. Combien de parents savent que les céréales du petit déjeuner que leur enfant ingurgite "pour bien démarrer la journée" (et avoir un bon pic d'hypoglycémie vers 10/11h) sont aussi sucrées que des bonbons?

    Combien ont pu constater par eux même que tout est ultra sucré dès lors qu'on achète de la nourriture transformée a destination des gamins? Je me souviens de yaourt premier âge (premier âge!!!), acheté pour ma fille et foutu a la poubelle après avoir gouté: 13% de sucre, y'avait écrit en tout petit. 13%!!!!! C'était écœurant de sucre et pourtant destiné a des tout petit de 6 mois et plus. Je ne parle même pas du rayon gâteau plus grand que celui des légumes au supermarché. Je ne parle pas non plus des anniversaires fêtés individuellement a l'école ou tous les gamins finissent toujours avec un paquet de bonbon individuel et bourrés de saloperies. (on verra en septembre, mais je compte bien faire ma petite révolution à ma manière)

    Je ne dis pas qu'on a pas les moyens de réfléchir, de s'informer et d'éviter ce genre d’écueil, mais il faut reconnaitre qu'en dehors de rabâcher des règles de bonnes pratiques, l'incohérence de notre société de consommation fait que ouai, on sait qu'il faut bouffer du légume, mais a coté de ça faut être un cerbère pour déjouer les pratiques des industriels. Entre manipulation des gamins (putain, vive les drives au supermarché qui permettent enfin de ne pas être obligé de passer devant les rayons de saloperie avt d'atteindre les truc pas trop dégueu, vive le téléchargement, youtube et adblock qui permettent de mater des dessins animés sans pub aussi), parents qui bossent etc, c'est pas toujours aussi facile que ça en a l'air.

    Oula, j'ai fait un pavé! Scuse :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tous les enseignants qui ont commenté n'ont pas le même âge en classe. C'est sûr que la crèche/nounou/maternelle aide beaucoup )à la construction sociale de l'enfant. A l'école élémentaire aussi mais au collège ou au lycée, les profs n'ont plus à gérer cette partie à mon sens (les bases sociales devraient être acquises plus tôt).

      Bon après je n'ai pas d'enfants donc pas d'opinion :-)

      J'ai mis en lien sur un commentaire plus haut (celui de Vincent), un site qui parle de dépendance au sucre. Qui est pour moi un fléau, dont tout le monde se fiche à l'enfance car c'est ce qui se vend le mieux, les produits trop sucrés et trop salés. Si on n'analyse pas constamment les étiquettes on ne se rend pas compte qu'on bourre nos enfants de sucre. Rien que les eaux aromatisées fraise par ex qui sont inbuvables quand on est pas habitués.

      En plus entre les pubs matraqués, les copains de cours de récré qui s'échangent le goûter, les anniversaires ou les boutiques glup's qui flashent bien difficile de lutter.

      Après il faut "éduquer" aussi les grand-parents, les personnes qui gardent ... pour ne pas tomber dans la spirale ou du moins essayer de respecter le schéma qu'on essaye de donner.

      De toute façon ne nous leurrons pas le lobby alimentaire étant si puissant les pubs ne seront jamais interdites. De quoi encore nous culpabiliser nous les femmes de vouloir travailler et de ne pas avoir le temps de tout passer au baby-cook pour éviter les petits pots ...

      Supprimer
  17. Je suis maman de deux garçon de 14 et 8 ans . J'ai toujours fait attention à leur alimentation et à leur santé en général. Jamais de soda, sauf occasion. Les sucreries juste le week en, le reste du temps de l'eau à table et jus de fruit le matin, et brossage des dents 3 fois par jours.
    Mais j'avoue que depuis quelques temps j'ai des difficultés avec mon aîné en pleine crise d'adolescence, qui néglige son hygiène dentaire et alimentaire. Il boit des soda en dehors de la maison, mange des bonbon et gâteaux sans cesse, parfois il ne veut pas se brosser les dents le soir , je vais pas lui enfoncer la brossé dans la bouche non plus, mais depuis que j'ai vu le dentiste jessaie de l'encadrer car a sa visite annuelle on a découvert qu'il avait 4 caries, dont 3 visible et une blanche, ainsi que de l'érosion dentaire . Mais ça ne la pas fait réfléchir, car il continue. Un mieux, il se brosse les dents le soir mais entre temps que bois il? je ne sais pas car je travail donc je ne le suit pas h24. Mais c'est désespérant.

    Cath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement à l'adolescence de nombreux garçons voire des filles négligent leur hygiène, je n'ai pas trouvé d'astuce mise à part de dire qu'il ou elle ne risque pas d'emballer quelqun dans ces conditions.

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget