mercredi 27 novembre 2013

Lunatique

Qui est fantasque et capricieux.


C'est parfois dur de rester stoïque quand on voit des patients désespérants mais c'est aussi difficile de mettre fin à une séance quand on adore le patient et qu'on a envie de rester discuter avec lui.

Généralement comme je suis timide, et que j'ai toujours peur qu'on me juge pour inexpérience et inaptitude, je suis assez réservée au premier rendez-vous. J’esquisse des sourires quand même mais j'essaie de faire pro pour faire oublier mon jeune âge (surtout auprès des personnes âgées et des mères de famille). Au cours de la séance, mon visage s'ouvre plus et je suis toujours plus souriante à la fin.


  • Il y a ces patients que je n'ai jamais vu mais dont j'ai lu le dossier, si je vois qu'il alterne rendez-vous manqués et excusés, je suis sur la défensive, prête à bondir à la moindre remarque désobligeante. Ce que je ne fais pas finalement car je maîtrise ma colère mais mes yeux me trahissent beaucoup et là je fais le regard n°78 (celui de l'exaspération). Je reste sympathique car on m'a appris à respecter les cons mais qu'ils n’espèrent pas glaner un rendez-vous en urgence un samedi ou le soir. Je les soigne le mieux que je peux (moins tu aimes quelqu'un moins tu aimes le voir revenir et surtout mécontent) et au revoir.


  • Il y a celui que j'évite parce qu'il me cherche mon regard et cela devient lourd. Et qui doit se rendre compte au sourire béat devant le patient suivant qu'il devrait changer son comportement, voire son style vestimentaire si il veut avoir une chance (en même temps passer avant un FILF c'est dur pour tout le monde).



  • Il y a celui que je n'aime pas car il dégueulasse les chiottes en fin de journée, et je suis bonne à chaque fois (c'est le cas de le dire) pour tout passer à la javel. Qu'on ait des problèmes intestinaux je conçois, mais qu'on ne sache pas rendre les toilettes dans un état potable c'est inexcusable pour moi maniaque de l'hygiène (et sujette aux nausées qui plus est).



  • Il y a celui que j'ai envie de secouer car il arrive en retard et nonchalant mais qui me désarme par sa douleur (ou sa pauvreté), alors que j'étais prête à lui crier dessus, je me ravise et le soulage même si il me reste peu de temps.



  • Il y a celui qui annule son rendez-vous au dernier moment, alors qu'il aurait pu appeler la veille et que j'aurais pu rester chez moi une heure de plus à dormir. Mais dont le sourire et la gentillesse suffisent à le pardonner (le fameux FILF toujours lui).



  • Il y a celle qui devait revenir il y a 6 mois finir sa dent mais qui ne l'a pas fait, que j'essaie de croire sur parole mais en laquelle j'ai un peu de mal à m'investir. On avance pas, on avancera jamais mais à qui la faute ?



  • Il y a celui que j'aurais pu virer déjà 2 ou 3 fois à cause de ses retards systématiques. Il persiste à vouloir  venir ici alors qu'il habite à l'autre bout du 93, il persiste à ne pas prévoir de venir en avance pour contrer les bouchons. Mais il a une bouche dans un état pitoyable. Et ça me désole de laisser tomber. Mon côté humanitaire/grandes causes perdues sans aucun doute. Alors je lui laisse une chance inlassablement. (Jusqu'à quand ?)



  • Il y a celui dont j'ai envie de baffer la mère car finalement c'est elle qui ne prévient pas quand il ne peut pas venir, mais qui retrouve le numéro de téléphone quand il a mal, elle qui doit prendre rendez-vous avec un orthodontiste, mais qui va sûrement se réveiller dans 4 ans, quand il aura 16 ans et que ce ne sera plus remboursé et encore plus cher, elle qui laisse les dents avec des pansements provisoires pendant des mois alors que je me suis enquillée 1 traitement canalaire sur chacune de ses premières molaires. Mais lui est attachant et il n'y est pour rien. Ça me désespère juste de me battre contre des portes ouvertes, de vouloir sauver des dents que certains auraient extrait, de vouloir sauvegarder pour lui donner une chance quand il sera majeur mais de dépendre de la motivation irrégulière de sa mère.


Finalement c'est ça aussi être humaine, essayer d'être empathique et bienveillante tout en ayant des réserves, des patients adorés et d'autres craints voire détestés, tenter de tous les soigner de façon identique en s'adaptant en étant plus ou moins agréable.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget