mardi 28 janvier 2014

Demande exceptionnelle

Elle est rentrée dans la salle de soin et je n'ai rien remarqué.

Il fait chaud, elle a une robe décolletée et pas de soutien-gorge mais des seins bien ronds qui tiennent en place. Elle a un bracelet de jade au poignet.

C'est la première fois qu'elle vient ici, on lui fait remplir le questionnaire médical. 

Je lis et vois cette réponse à la case "avez-vous déjà été opéré(e)"; opération du sexe. Ayant l'habitude de soigner des non francophones et des patients "simples", je redemande ce que ça signifie. 

Je m'attends à traduire épisiotomie ou laser pour lésion du col de l'utérus.

En fait non elle répond tranquillement qu'elle a fait une chirurgie de réassignation sexuelle en Thaïlande. 

Là j'essaie de jouer aux 7 différences et de capter les détails qui font qu'on pourrait voir qu'elle était un homme avant. En même temps, j'ai sûrement croisé des personnes opérées avant mais je ne traîne pas au bois de Boulogne donc je n'ai ni éléments de comparaison ni repères.

Je me dis juste en la voyant qu'ils ont bien travaillé.

Je lui demande le motif de sa venue (et je trotte dans ma tête les images du film Transamerica). 

Et heureusement que j'étais assise.

Pourtant je ne suis pas la dernière des prudes. A l'époque, j'écumais les tonus à la recherche d'un interne à croquer et je terminais les soirées dans des états plus ou moins incompatibles avec le manuel de bonne conduite de Nadine de Rothschild (quoi que j'étais sociable et sympathique et en plus ma démarche était presque catholique proche du "aimez-vous les uns les autres"). 

"Je viens car j'ai un gros client et j'ai une dent cassée".

"[...] " dentiste longue à la détente qui se demande qu'elle est la nature de son travail.

"Je vends mon corps".

(OMG Jackpot quand je vais raconter ça aux collègues sur facebook !)

Bref elle est escort (j'ai pas demandé combien elle prenait même si j'en avais très envie), a des dents pourries et un client qui veut qu'elle soit aussi belle du haut que du bas (quand je rencontre des gynécos j'aime leur dire que moi je fais "l'autre côté"). 

J'aime bien relever les défis et participer à l'amélioration de la vie professionnelle alors je lui redonne rendez-vous. Le traitement va être long mais elle est motivée, ça peut le faire.

Premier rendez-vous elle arrive en retard, distribution d'un carton jaune.

Deuxième rendez-vous pareil.

Troisième rendez-vous lapin majestueux d'une heure. Le carton rouge est noté dans le dossier. 

Je l'ai croisé en ville, elle ne m'a pas reconnue (je suis un peu une Daft Punk, si on m'enlève mon masque et ma blouse je devient anonyme).

Elle est venue gratter un matin à la porte du cab, nous implorant avec ses yeux de chat birman (quoique beaucoup moins poilue heureusement), j'ai pensé que lui imposer un chômage technique n'était pas très urbain puis me suis rappelée que je ne suis pas censée encourager la prostitution et qu'en plus elle n'est pas digne de confiance.

Et je ne l'ai plus jamais vue.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget