samedi 29 mars 2014

Prends patience !

Au service hospitalier dentaire mieux vaut ne pas être trop pressé. 

Dans un premier temps, il faut prendre rendez-vous en première consultation. Si en plus on demande un enseignant pour un problème plus poussé on attend bien 3 à 6 mois en plus (même avec la lettre d'un confrère). Ou alors il faut venir aux urgences et essayer de trouver le bon créneau pour ne pas attendre 4 heures ou  pour ne pas se faire refouler à l'entrée. Pour éviter que des patients errent en salle d'attente quand la vacation est terminée (ou pour que tout le monde mange plutôt), on ferme les entrées 1 h avant. Au sens propre comme au figuré. La porte principale est fermée avec une chaîne et on ne peut rentrer (ou sortir) que par une porte à l'arrière. Et pour rentrer il faut montrer blouse blanche .

Dans un second temps, une fois le premier contact établi il faut que le cas intéresse les étudiants. En gros si c'est un enfant calme et mignon qui a besoin de soins pas trop compliqués (des scellements de sillons et une carie sur dent de lait) et surtout d'un diagnostic pour un traitement orthodontique, il a toutes les chances d'être rappelé (oui on rappelle les patients, pour leur dire qu'ils ont été choisis !!!). Si c'est un petit monstre, il faudra qu'il attende un étudiant bien désespéré de ne pas avoir assez de points en module de pédodontie. Si il a des problèmes particuliers (handicap, grosse phobie), il sera adressé aux soins avec MEOPA mais devra attendre aussi. 
On classe les adultes en 2 catégories, les cas sympas où t'as de la prothèse à faire et pas trop de soins et les cas pourris où tu sais que tu n'auras jamais fini. Et qui seront appelés par les étudiants désespérés ...

Bref mieux vaut avoir le temps. Surtout que ce n'est que le début. Ensuite il faut faire un plan de traitement et le faire valider par l'enseignant qui encadre la vacation. Mais d'abord il faudra finir les soins. Donc faire venir le patient plusieurs fois (= plusieurs semaines) pour avancer. Ensuite il faudra que la lune soit alignée avec Jupiter pour que l'enseignant qui a donné son accord pour le plan de traitement soit là à la séance suivante, sinon il faudra demander l'avis à un autre encadrant qui risque d'être totalement différent ou juste assez pour faire perdre la séance à rerédiger. Parfois l'enseignant sera présent mais recevra ses patients sur la vacation et il faudra s'agglutiner avec le reste des camardes devant sa porte à attendre qu'elle s'ouvre. Parfois il sera juste au téléphone et il faudra attendre qu'il termine sa conversation passionnante avec en prime ce regard exaspéré "qu'est-ce qu'il me veut celui-là ? " (c'est là que tu'apprends à faire des sourires hypocrites  qui veulent dire moi aussi je me fous de toi). Parfois il aura plus important à faire comme finir son croissant au beurre et son café.

En résumé la patience est une qualité requise pour l'étudiant si il ne veut pas finir à l'asile (à côté faire la queue pour Burger King ce n'est rien) et pour le patient qui va être abandonné plusieurs fois dans la séance. Croyez-vous que nous pourrions nous lancer sans avoir l'aval du supérieur ? Non toute anticipation ou tentative d'accélération sera annihilée par un regard désapprobateur ou une remarque cinglante lancée devant tes camardes qui attendent aussi. "Qui  t'as dit de faire ça ???" A force d'attendre tu connais tous les patients de la vacation , pour la bonne raison que tels des moutons de panurge on suit tranquillement et surtout docilement le berger entre chaque box. Pendant ce temps ton patient est tout seul dans ton box à s'ennuyer (à mon époque il n'y avait pas de smartphones). 

Inutile de dire qu'il rumine le patient, à se dire "moi qui pensais faire des économies". Entre les RTT posées, les aller-retours en voiture, il est plus que perdant.

A la fin on préfère en rire mais même pour une simple couronne, on ne sait pas si l'année suffira. L'année !!! 
J'ai suivi certains de mes patients sur mes 3 années d'externat, j'ai réussi à en finir certains en 6 mois et je ne sais plus comment. Je me rappelle de cette patiente qui voulait un nouveau sourire pour le mariage de sa fille et qui a eu des provisoires sur les photos. Quand on part (enfin !) en fin de sixième année, on doit faire le relais pour les patients non terminés, leur trouver un camarde qui pourra finir tout en sachant qu'il faudra que leurs emplois du temps respectifs concordent ('on ne travaille pas tous sur les mêmes vacations donc avec les mêmes enseignants).

La seule chose qu'on ne pourra pas nous reprocher c'est la qualité finale, à force de vérifications, d'ajustements, de contrôle et d'exigence, le jour où c'est vraiment fini c'est  vraiment parfait. 

1 commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget