mercredi 30 avril 2014

Le remplaçant

Un jour ce qui devait arriva et j'entrais dans mon 3ème trimestre de grossesse.

Mes amies commençaient à me dire que je devais me dépêcher de faire la chambre du bébé mais moi ce que je voulais surtout c'était trouver quelqu'un pour me remplacer.

Au début j'ai cru que ce serait finger in the nose, qui n'a pas envie d'un remplacement de 3 mois ? Surtout en cette période où pour les étudiants les cours sont finis, les obligations de présence en clinique aussi, ou c'est creux niveau offre car pas encore les grandes vacances. 

Et puis j'ai déposé mon annonce et je me suis retrouvée dans un mauvais remake de mes mois meetic. A checker 10 fois par jour ma boîte mail pour vérifier si quelqu'un avait répondu à mon annonce. A fantasmer sur mon départ en congé mat' précoce dès qu'une réponse me semblait prometteuse. A être excitée en appuyant sur envoyer quand je donnais les conditions du contrat. A déchanter gravement en voyant que sur toutes les réponses aucune ne débouchait sur un entretien.

On finit par rentrer dans cette phase où par désespoir on voit le Graal en une personne qui ne sait pas écrire (je sais on est dentiste, on s'en fout de l'orthographe mais pour répondre à une annonce c'est mieux quand même). 

Rajoutez à cela le titulaire qui veut une femme blonde à forte poitrine. Alors que tous les candidats potentiels sont des hommes. Oui les dentistes femmes ont eu vite faite de google maper le cabinet et de se dire "non mais ça craint ou bien ?" et préférer ne rien tenter. Pourquoi il veut une femme d'abord ? Ah oui, il m'a répondu "c'est mieux pour les patients, comme ça ils ont le choix". Moi j'avais l'impression que le fait que je sois une femme les dérangeait un peu au début ("Quoi t'es une femme et t'es pas juste l'assistante ? Je veux dire vous êtes sûre que les femmes peuvent être dentistes ? Si jeunes en plus ?"). Ah non en fait ce qu'il voulait dire insidieusement c'est qu'il voulait une dentiste femme pour pouvoir lui refiler tous les enfants poylcariés. La seule véritable raison d'engager une femme en somme, lui refiler le sale boulot (pardon pour vos enfants, ils sont mignons mais je préfère faire autre chose les mercredis).

Un jour il a compris qu'il y avait l'offre et la demande. Que je ne pouvais pas refuser un homme alors qu'aucune femme ne se présentait. Surtout que ma gynéco commençait à s’inquiéter pour ma forme. 

A un moment il fallait donc que je prenne une décision, et ce fut facile. Un seul est arrivé jusqu'au cabinet. J'avais limite déjà imprimé les contrats, alors que lui pensait qu'ils étaient 10 à attendre derrière pour passer (il a du se farcir pas mal de rendez-vous à Paris, là où tout le monde se bouscule).

J'ai quand même vérifié qu'on était sur la même longueur d'ondes (c'est à dire qu'il n'était pas du genre à mutiler tous les patients CMU pour leur coller une prothèse dont ils n'ont pas besoin, qu'il ferait les soins le mieux possible ...).

Le titulaire voulait qu'il travaille tous les jours alors que je ne remplis pas 4 jours entiers (ou alors avec des urgences pourries), inutile de dire que je lui ai dit qu'il ferait ce qu'il voulait. Tout ce qui compte c'est qu'il occupe le terrain 3 mois, que personne ne souffre en m'attendant et que les nouveaux soient pris en charge.

3 commentaires:

  1. Du calme, respirez un grand coup, c'est fait, il y a quelqu'un !
    Et maintenant, repos et bienvenue au bébé, le reste...

    Et un grand merci (et plus encore) pour ce blog, que je vais lire avec attention (j'aurais tant d'horreurs à vous raconder, mais non, restons zen !)

    Lune Bleue

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien les horreurs ! Vous pouvez m'envoyer un mail, je les lirais !

    Et merci !

    RépondreSupprimer
  3. Bon congé de mat à vous . Enjoy !

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget