jeudi 17 avril 2014

Les exclus

Je ne te demande pas ton pays, ta religion. Tu souffres, cela suffit. Tu m’appartiens, je te soulagerai. " Pasteur



Si on a envie de ne pas avoir de rendez-vous il suffit de dire qu'on est séropositif.  Malgré les 20 années de lutte contre le VIH, le nombre de thèse "le SIDA au cabinet dentaire" (qui ne connaît pas quelqu'un qui a soutenu cette thèse ?), la majorité des patients VIH + continuent d'être adressés en service hospitalier. Pour passer entre les mailles de l'écrémage téléphonique, il suffit d'omettre son statut. Certains vont même jusqu'à ne pas nous le dire quand on fait le questionnaire médical, la peur d'être discriminé et ostracisé l'emporte souvent. 

C'est impensable qu'en 2014 certains soignants ignorent toujours que la salive ne transmet pas le virus. Que les seuls liquides qui sont porteurs sont le sang, le sperme, le liquide pré-séminal et le lait maternel. C'est horrifiant de ne pas savoir qu'un patient sous tri (ou bi)thérapie a une charge virale indétectable (taux de CD4+)  et qu'il n'est ainsi pas contaminant. 

On regarde le patient séropositif ou sidaïque comme un lépreux lui demandant de venir au dernier rendez-vous de la journée en oubliant le principe de précaution. Tout patient qui se présente à nous est susceptible d'être porteur du virus du SIDA, voire pire de celui de l'hépatite C. On oublie également qu'il y a des virus qui eux se transmettent par la salive comme les herpès et qui nécessitent un nettoyage plus en profondeur (le sang c'est visible, d'autant plus que le virus de SIDA est désactivé après 5 minutes à l'air libre). Ou le pire du pire le prion qui  a déterminé la norme en matière de stérilisation pour l'éliminer, à savoir 134°C (rep à ça poupinel).

Un cabinet dentaire doit répondre aux normes d'hygiène et d'asepsie et avoir un minimum d'organisation afin d'éliminer tous les risques. Faire tremper les instruments en décontamination (pour le virus de l'hépatite C par exemple plus résistant), informer l'assistante dentaire sur les risques de contamination, nettoyer les rotatifs après chaque patient avec ou sans tâche de sang, ne pas utiliser le même insert à détartrer pour tous les patients sans le décontaminer avec autre chose qu'une lingette ...

Cessons d'avoir des excuses bidons pour cacher notre gène face à une maladie qui fait peur et ayons un peu d'humanité, on est des soignants pas des robots.


En seconde position des "exclus" les patients CMU. 

Refusés en masse dans la majorité des cabinets des beaux quartiers, stigmatisés dans le stéréotype de l'étranger analphabète, grossissent allègrement la masse des patients traités dans les centres de santé mutualistes ou non, cible préférée pour le sur-traitement. L'excuse numéro 1 pour les éviter, leur soi-disant taux d'absence plus important. Comme tout nouveau patient il suffit de les "éduquer". Personnellement du haut de mes 25% de patients CMU, je n'ai aucune prothèse qui attend son propriétaire dans un tiroir. 
J'entends souvent dire qu'ils ne prennent pas soin de leur bouche alors que les soins sont pris en charge. Mais personne ne se remet en question en se disant que peut-être c'est le résultat des années à ne pas leur donner de rendez-vous, ou à leur faire des soins incomplets voire bâclés volontairement. Les choses ont changé et dorénavant beaucoup de confrères diraient qu'ils ont des prothèses que ne peuvent se payer les patients modestes juste au dessus du seuil.

Epuli gravidique. 
Bon moyen de savoir qu'on est enceinte à nouveau si on attend toujours son retour de couches et qu'on allaite pas.

En dernière place sur le podium les femmes enceintes. Nombreux sont les frileux qui leur demandent de reporter les soins au post-partum voire au post-allaitement en omettant de les prévenir sur les particularités de leur état sur la santé bucco-dentaire. Je trouve cela impensable de nier l'urgence d'une situation, de ne pas anticiper (vous connaissez beaucoup de femmes qui ont le temps de consulter dans les 3 mois suivants l'accouchement ?), de préférer prédire que "ça pourra attendre 1 an" au risque de voir une femme enceinte de 8 mois débouler pour une inflammation pulpaire aigüe qui forcément ne sera pas calmée par du paracétamol simple, de ne pas pratiquer un détartrage ou en ne donnant aucun conseil d'hygiène bucco-dentaire pour limiter la gingivite gravidique.
Les femmes enceintes c'est comme les enfants, on leur dit "y a rien d'urgent, revenez l'année prochaine" en se disant "j'espère qu'elle/il va m'oublier et trouver quelqu'un d'autre d'ici là". Heureusement l'assurance maladie encourage les soins pendant la grossesse en instaurant un examen de prévention au 4ème mois. Pour permettre enfin aux femmes de comprendre qu'elles peuvent être soignées enceintes et que si leur dentiste ne les prend pas c'est qu'il faut en changer.
J'ai espoir qu'un jour on arrête de dire "une grossesse, une dent", expression pour laquelle soignants et patients sont responsables à égalité.

9 commentaires:

  1. Exemple concret:
    La semaine dernière, un patient bénéficiaire de la CMU se présente à la consultation pour une carie sur 21.
    Il y a 2 ans, j'ai extrait cette même 21 à ce même patient.
    Comme j'apprécie moyennement qu'on se foute de moi, j'ai viré toute la famille.

    Imaginons maintenant que cette sympathique famille arrive chez le Dr Carie. Comment expliquera-t-elle que son précédent dentiste refuse de les soigner?


    Bonne journée
    Sethef

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne travaillais pas en Thaïlande toi ?

      Ca m'est arrivé plusieurs fois qu'on me demande de passer la carte vitale pour un autre patient que l'assuré, j'ai refusé. Généralement je vérifie la photo et l'attestation mais j'ai du me faire avoir certainement.
      Si le vrai patient se représentait évidemment je ferais comme toi.
      En attendant je continue de soigner les bénéficiaires de la CMU car on ne peut pas généraliser.
      Et c'est aussi l'avantage de ma cité, on finit par connaître tout le monde et eux par savoir qu'on est intraitables.

      Supprimer
    2. Confusion de pseudo j'imagine, tu dois penser à Se...an?


      Tu n'as pas saisi mon propos. Ce que je voulais signifier, c'est que cette famille, quand elle arrivera chez son futur soignant, lui dira très probablement que je ne veux plus les soigner parce qu'ils sont CMUs. C'est comme ça qu'on en arrive à imaginer que la plupart des dentistes refusent les CMU. C EST FAUX. Je ne connais pas la région parisienne, mais dans mon coin (Lyon), les refus de soins aux CMU sont rarissimes. Des patients qui le prétendent, ça oui, c'est fréquent. Mais dès qu'on creuse un peu, on s'aperçoit qu'ils se sont fait virer à force de ne pas venir à leurs rdvs. Parce qu'ils les ratent effectivement plus que les autres, largement.
      Hors les nouveaux (dont par définition je ne connais pas le régime d'assurance), les seuls rdvs manqués sont du fait des CMUs. C'est presque du 100%.
      Alors, je continue bien entendu de les recevoir, parce qu'il y en a un paquet de sympas, et un paquet qui sont réellement dans la merde. Mais ça me titille toujours quand j'entends parler de refus de soins sur ce motif, parce que ce n'est pas ma réalité.

      Pendant des années, les assos de défense VIH ont conseillé de ne pas parler de leur pathologie au dentiste. Sauf qu'un VIH au stade SIDA, c'est un patient immuno-déprimé, dont le traitement doit être aménagé. Sauf que les traitements ont des effets secondaires, des interactions médicamenteuses, dont il faut tenir compte.
      Je n'ai jamais refusé un patient séropo. Mais là encore, je pourrais tout à fait virer un patient dont je découvre la pathologie sans qu'il me l'aie avoué. Ca ne s'est jamais présenté jusque-là.

      Que la population colporte ces idées, c'est normal. A nous d'expliquer, de prouver le contraire. Mais je suis déçu quand c'est une consoeur qui les propage, incitant les patients à rester dans le mensonge, ou à aller se faire mal soigner chez les low-cost.


      Quant aux femmes enceintes... Il s'agit à mon avis plus d'incompétence que de mauvaises intentions. Les mêmes qui affirment que si les gencives saignent, c'est parce qu'elles sont fragiles. Y'a au moins un truc où on tombera d'accord, c'est que le niveau global de la dentisterie française mériterait un sérieux coup de boost.
      On continuera de faire au mieux chacun de son côté.

      Bonne journée.
      Sethef

      Supprimer
    3. Oups j'ai bien confondu, excuse moi.

      En ce qui concerne le VIIH je n'ai jamais dit qu'il fallait le cacher ou mentir sur son statut sérologique. Je faisais juste le constat que l'on doit agir comme si chaque patient pouvait être infecté. Souvent je "comprends" quand on m'énonce les médicaments pris. Il y a aussi les non-diagnostiqués ou ceux dans le déni, souvent les plus dangereux.

      Je dois avoir de la chance avec mes patients CMU ou alors c'est du à mon écrémage régulier (3 rdvs manqués on vire). Pour tous les nouveaux patients, on redonne une chance à quelqu'un qui potentiellement a pu être viré d'un autre cabinet. Certains m'ont avoué qu'ils n'étaient pas sérieux. J'ai gardé les plus motivés. Faut dire que dans le coin, la CMU c'est un peu l’élection à des soins "offerts" donc beaucoup attendent de l'avoir pour faire les couronnes (c'est sa ma réalité) et sont donc plus que ponctuels.
      Mais c'est bel et bien avéré que certains confrères les refusent en en ayant jamais reçu (surtout ceux qui pratiquent du dépassement d'honoraire). Quand on traverse tout Paris pour venir te voir, on comprend que ce n'est pas une légende.
      Je pense que la ponctualité en général est un problème d'éducation. Dans certains coins les différences se gomment, dans les centre-villes ça se marque plus car on a pas le même comportement en fonction de sa CSP (même si je vois souvent des cadres dédaigneux).
      Peut-être que les CMUs ne sont pas les mêmes partout ?

      Bonne journée !

      Supprimer
    4. ça et pas sa ! La grossière erreur !

      Supprimer
  2. Effectivement, j'avais oublié la spécificité parisienne des dépassements sur les soins opposables; j'imagine que ça ne doit pas inciter à bosser aux tarots cmu...
    Pour les vih, j'ai tiqué sur ta phrase d'intro "Si on a envie de ne pas avoir de rendez-vous il suffit de dire qu'on est séropositif.". J'ai bien lu qu'il y avait une explication derrière, mais sorti du contexte, ou en tant qu'élément de langage, l'effet est rude...

    Quant aux cmu, on en a moins, du fait de la localisation mais également parce que, sauf exception, on ne reprend pas dès le premier lapin. Mais ça vaut aussi pour les CSP+ pénibles bien sûr. Et pour info, c'est vachement plus dur de virer un médecin conseil frappadingue qu'un CMU, ils sont moins habitués faut croire ;-). (et niveau stats et clichés, j'ai également fini par virer 100% des chirurgiens que j'ai eu l'occasion de soigner. Par contre, les généralistes sont en général très sympathiques, au moins les miens)

    Bonne journée
    Sethef

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas de bol avec les soignants; soit ils sont comme moi et indisponibles aux horaires normaux donc impossible de finir un plan de traitement (j'ai un patient chirurgien qui bosse tous les jours même les week-ends …) soit ils ont mal et tu ne trouves pas pourquoi soit ils pensent que t'es en retard parce que t'es dentiste et qui te font poireauter ou te mettent des lapins.

      Comme je préviens toujours avant de virer (je leur rappelle qu'il reste une chance au rendez-vous précédent généralement ils ne rappellent plus pensant se faire oublier et émergent 6 mois après, ils oublient qu'on sait remplir des dossiers).

      Supprimer
  3. comme je préviens toujours, ça passe généralement sans effusion de colère à base de "je vais appeler SOS racisme …" (déjà vu à l'hôpital).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meme Chose avec la Maman da ma fille,depuis 3 ans avec 1 (Charlat) qui n'arrete pas de lui faire des plaques dentaires de merde ex l'expression,enfim c une perssonne Andicapé à 80% avec CMU aussi à 100% et avec une Hepatite C depuis 97,ele soufre,et quand ele m dit que ce Dentiste na jamais fait une seulle Anestesie je ne revient pas je ne comprend pas...Au Sacours ou és passé là FRANCE???,On ce sent rejeté de partout on ne peut plu suporter cette Medecine à 2 Balles.

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget