mercredi 22 octobre 2014

Dans mon cabinet idéal

On commencerait par un environnement ni trop propret ni trop glauque. Pas forcément une banlieue cossue mais pas non plus le décor d'une arrière ZAC. Un énorme panneau "cabinet dentaire" serait accroché au fronton afin que même les malvoyants puisse le voir et qu'on ne nous dise plus "j'ai pas trouvé le numéro 176 de la rue, vous êtes où?";

Il y aurait un parking de 5-6 places pour que je puisse me garer sans avoir à chercher une place pendant une heure et que les patients n'aient plus cette excuse d'avoir tourné dans le quartier.

On aurait un visiophone pour voir qui sonne et ne pas avoir de mauvaises surprises. On aurait aussi une entrée ou un interphone indépendant du reste de l'immeuble (mais est-ce possible ?) pour ne pas ouvrir à tous les voisins.

L'équipe disposerait une vraie salle de repos afin de permettre des pauses café/thé/repas conviviales. Des toilettes privées seraient inaccessibles au "public" afin de garder un espace propre à nous.

Une femme de ménage viendrait une fois par jour le matin avant l'ouverture. Elle serait engagée via une entreprise de service afin de pallier aux absences dues aux arrêts maladies et aux vacances.

L'assistante arriverait à l'heure et ne partirait pas avant en se sauvant. On lui stipulerait dans son contrat la liste des tâches à réaliser chaque jour. Elle n'attendrait pas 2 jours avant de faire la stérilisation des instruments, elle répondrait au téléphone sans dire au patient de patienter pendant qu'elle finirait sa conversation avec sa copine. Éventuellement elle nous aiderait au fauteuil au moins pour les prises d'empreinte, sinon pour débarrasser et nettoyer l'unit. Je continuerais à faire mes encaissements et ma comptabilité mais elle pourrait éditer les devis et les ordonnances. Elle aurait donc été formée pour son poste et saurait donc reconnaître une lime quand on lui demanderait de nous en ramener.
Elle ne donnerait pas de rendez-vous aux patients que l'on ne veut plus voir, même si c'est le cousin du beau-frère du caïd du quartier. Elle vérifierait les coordonnées des patients en prenant les rendez-vous pour pouvoir les joindre.
Bien sûr elle serait payée en conséquence et serait déclarée. Elle serait augmentée régulièrement si elle le mérite.
Et tant qu'à faire ELLE pourrait être un LUI parce qu'on est en 2014.

Le titulaire veillerait à une juste répartition des patients et prendrait les enfants de ses patients en soins au lieu de les refiler systématiquement à son collaborateur. Il ne prendrait pas ses vacances obligatoirement du 15 juillet au 15 août en obligeant son collaborateur à rester là pendant ses congés. Il prendrait un vrai remplaçant afin que le collaborateur développe une vraie patientèle et ne soit pas occupé ou débordé que 3 mois dans l'année. Dans la mesure du possible, il veillerait à assurer ses urgences et ne pas transformer son collaborateur en SAV gratuit. Il s'engagerait sans à avoir à changer de fauteuil tous les 5 ans à le faire travailler dans des conditions décentes (une aspiration qui fonctionne, une pièce plus grande qu'un local pour radio panoramique ...).
Il intégrerait le collaborateur à l'équipe et lui proposerait de devenir son associé pour préparer son départ en retraite en douceur.
Et tant qu'à faire le titulaire ce serait moi et ce serait le cabinet du bonheur.


4 commentaires:

  1. Puis-je postuler pour la place de secrétaire/assistante dans ce cabinet idéal ? ^^ J'aurais plutôt tendance à trouver que tout cela est normal mais c'est tellement différent selon les médecins ET les salariés (secrétaire et femme de ménage).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, sauf qu'il n'est pas ouvert encore !

      Supprimer
  2. Ah tu as parfaitement décrit l'assistante de ma dentiste! Qu'on vient juste de voir (RDV bi-annuel de mes enfants) ce matin même...
    Les deux travaillent la main dans la main, elles se mettent d'accord pour les dates de vacances ("on n'a même pas encore décidé pour février", m'a-t-elle dit quand j'ai parlé du prochain RDV pendant les vacances de Pâques :-)), elle aide pile-poil quand il faut (pour les radios, le changement de matériel entre deux patients, la préparation... tout en répondant au téléphone et accueillant les patients qui sonnent...
    A plusieurs reprises quand je ne bossais pas encore chez moi et prenais donc un RDV en fin de journée, ma dentiste a "libéré" son assistante pour qu'elle attrape son bus...

    Les deux sont super avec les enfants, j'ai même pu venir avec une petite que je garde (elle avait eu la gentillesse de me trouver une place suite à un désistement quand j'ai eu mal à une molaire)(sachant aussi que je ne suis pas chiante, si je réclame c'est pour une bonne raison et je m'arrange pour accepter ce qu'on me propose sans chipoter x fois, elle me connait aussi assez pour savoir à quelle heure je dois récupérer mes enfants à l'école, donc sait si l'heure du RDV et la longueur des soins "collera" ou pas avec!)...

    On sonne directement au cabinet par contre, en bas de l'immeuble (sans parking! Mais en plein centre ville bien desservi par les bus/tram), un vieil immeuble avec parquet qui grince et 3 mètres sous plafond!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ça existe, mais ça nécessite beaucoup de travail (surtout du côté du praticien). J'ai remplacé dans des cabinets qui avaient une équipe parfaite où tout coulait sans aucun soucis.
      Il y a un monde entre l'assistante qui part sans dire au revoir et celle qu'on libère alors qu’elle était prête à nous aider à 19h passées.

      Supprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget